Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 17, note 4.
Note [4]

La malléole interne (ou médiale) est l’éminence osseuse (extrémité inférieure du tibia) qui saille à la face interne de la cheville. L’origine de la veine saphène interne se situe juste en arrière d’elle, sous la peau, où on avait l’habitude de l’inciser pour pratiquer la saignée du membre inférieur (v. note [22], lettre 544). V. note [3], lettre latine 102, pour les détails que Jean ii Riolan a fournis sur l’anatomie et la saignée des veines saphènes.

L’œdème des chevilles, dû à l’anasarque (leucophlegmasie, v. note [19], lettre 307), lui-même lié à la cachexie et au probable envahissement tumoral du foie et des grands veines de l’abdomen, avait dissuadé Binet de se hasarder à y pratiquer la saignée.

Comme solution de remplacement, l’application d’une sangsue (v. note [7], lettre 28) au contact de la marge anale se fondait sur l’idée que les veines hémorroïdaires drainaient la rate, et sur l’effet, tenu pour bénéfique, du saignement hémorroïdaire (v. note [8] de la Consultation 11).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 17, note 4.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8147&cln=4

(Consulté le 21/05/2024)

Licence Creative Commons