À Charles Spon, le 8 mars 1644
Note [42]

Guy Patin qualifiait de mera mapalia, « pures sornettes », les Iuveniles feriæ, quæ continent Antiquitatum Romanorum miscellanea… Secunda Editio catigata [Fêtes juvéniles qui contiennent des mélanges d’antiquités romaines… Seconde édition corrigée] (Rome, héritiers de Franciscus Corbelettus, 1640, in‑8o, première édition à Avignon, 1638) ; et ce en dépit de la louangeuse épître de Gabriel Naudé, datée de Rieti le 24 décembre 1637, adressée à l’auteur, Petrus Servius, médecin galéniste natif de Spoleto, mort à Rome en 1648. Son livre traite de certaines coutumes, principalement domestiques, de la Rome antique.

Patin citait ensuite deux autres de ses ouvrages :

  • les Institutionum, quibus tyrones ad medicinam informantur, libri tres. Eiusdem prolusiones duæ, ad instruendos inflammandosque ad artem tyrones accomodatæ,

    [Trois livres d’Institutions, pour informer les débutants en médecine. Et deux préludes du même auteur destinés à disposer et enflammer les novices à l’art] ; {a}

  • la Dissertatio de unguento armario, seu de naturæ artisque miraculis.

    [Dissertation sur l’onguent des armes, ou des miracles de la nature et de l’art]. {b}


    1. Rome, Bernardinus Tanus, 1638, in‑12.

    2. Rome, Dominicus Marcianus, 1642 et 1643, in‑8o.

      Ce livre est un répertoire de magie médicale pour la défense de l’onguent hopliatrique, qui guérit une blessure en soignan la plaie qui l’a provoquée (v. note [28] de L’homme n’est que maladie).

      Gerardus Leonardus Blasius (v. note [12], lettre latine 154), et plusieurs autres après lui, ont attribué à Servius la première publication en 1643 d’un cas de situs inversus (inversion des viscères du tronc, v. note [13], lettre 253), mais je n’ai pas su la trouver dans ce livre qui regorge pourtant d’observations extraordinaires, ni dans les précédent, qui parle pourtant plus sérieusement des fonctions de la rate et du foie.


Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 mars 1644. Note 42

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0101&cln=42

(Consulté le 04.12.2022)

Licence Creative Commons