À Charles Spon, le 6 septembre 1652
Note [42]

Ce décret (v. note [8], lettre 122) se trouve au chapitre xc des Paralimpomenωn [Paralipomènes] (livre iii, section vi, De Stibio seu antimonio [Le Stibium ou antimoine], édition de Paris, 1646, pages 692‑693) du traité Des Médicaments officinaux de Caspar Hofmann (v. note [7], lettre 134), avec ce commentaire :

Cum in Galliam appulissent hæc Officinalia mea, par amicorum selectissimum, DD. Guido Patinus, Medicus Parisiensis, et Carolus Sponius, Medicus Lugdunensis, censuere ομοθυμαδον, addendum hic esse Decretum Collegij Medici Parisiensis, (quod ultra centum viros gravissimos se extendit) contra Stibij usum, ante annos octoginta latum adversus nonnullos medicastros, Chymicos et Empiricos, de istius veneni usu imperitæ plebeculæ, ut solent in omnibus , mirabilis pollicentes : hoc ipsis verbis est tale. […]

Quod quiidem sapientissimum antiquissimæ et omnium celeberrimæ Facultatis Medicæ decretum, utinam nostris temporibus tam religiose observatum haberetur, quam prudenter fuit institutum. Sed plura alias.

[Tandis qu’on préparait mon présent livre des Officinaux en France, deux de mes amis fort distingués, MM. Guy Patin, médecin de Paris, et Charles Spon, médecin de Lyon, ont été unanimement d’avis que j’ajoute ici le décret du Collège des médecins de Paris (qui compte plus de cent hommes très valeureux) contre l’emploi de l’antimoine, prononcé il y a 80 ans pour s’opposer à une poignée de médicastres, chimistes et empiriques qui, comme tous en ont coutume, promettaient merveilles de ce poison au petit peuple ignorant. Voici ce décret exactement transcrit : (…)

Ce décret de la Faculté de médecine la plus ancienne et célèbre d’entre toutes est tout à fait raisonnable. Puisse-t-il être observé aussi religieusement qu’il a été sagement fondé ; mais j’en dirai plus une autre fois. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 septembre 1652. Note 42

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0293&cln=42

(Consulté le 19.11.2019)

Licence Creative Commons