À Gilles Ménage, le 20 juillet 1651
Note [43]

Page 839, Ménage dit de Spagirique :

« C’est ainsi que Paracelse appelle un alchimiste ; et Vossius de vitiis sermonis, page 606, {a} tient que ce mot est formé de σπαν, trahere, extrahere, et d’αγειρειν, congregare, {b} c’est-à-dire des deux principales fonctions de l’art, dont ceux qui en font profession enseignent comment il faut composita resolvere et resoluta componere. » {c}


  1. V. notule {c} de la note [7], lettre 203, pour le livre de Gerardus Johannes Vossius « sur les vices du discours » (1645), dont Ménage a strictement repris l’étymologie (comme a plus tard fait Littré DLF).

  2. « tirer, extraire […] et rassembler ». Σπαν (span) est l’infinitif contracté de σπαδονιζειν, arracher (précision aimablement fournie par le Pr Sophie Minon, v. note [1], lettre 115).

  3. « dissocier ce qui est composé et composer ce qui est dissocié » ; ce qu’on désigne aujourd’hui en chimie sous les noms d’analyse et de synthèse. V. note [1], lettre 824, pour le sens péjoratif de chimiste que le mot spagirique avait pris sous la plume de Guy Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Gilles Ménage, le 20 juillet 1651. Note 43

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1019&cln=43

(Consulté le 21.10.2019)

Licence Creative Commons