À Gilles Ménage, le 20 juillet 1651
Note [44]

« selon Zwinger en son Examen des principes chimiques, chapitre i, page 11, apo tou span qui signifie arracher, déchirer, et ageinein, rassembler : ce qui s’applique d’un côté aux substances hétérogènes, de l’autre aux substances homogènes. »

Jakob Zwinger (Bâle 1569-ibid. 1610), fils de Theodor (v. note [34], lettre 297), exerça la médecine en sa ville natale et y tint la chaire de langue grecque. Il a été le maître et l’ami de Caspar Hofmann (v. note [20], lettre 407).

Dans son Principorum chymicorum Examen ad generalem Hippocratis, Galeni, cæterorumque Græcorum et Arabum consensum institutum : Elegantibus nonnullorum remediorum præparationibus exornatum. Cum Indice locupl. [Examen des principes chimiques, en vue d’établir un accord général entre Hippocrate, Galien, d’autres auteurs grecs et des Arabes ; enrichi des préparations correctes de quelques remèdes. Avec un très riche index] (Bâle, Henricpetrus Sebastianus, 1606, in‑8o), Zwinger procurait en effet l’étymologie précise (paracelsiste) que Vossius avait reprise 35 ans plus tard, précédent que Guy Patin signalait ici à Gilles Ménage :

Spagyricam primus Theophrastus Paracelsus Helvetius : etymo forsan non penitus inepto, απο του σπαν, quod vellere, divellere, et αγειρειν quod congregare significat.

[Le Suisse Théophraste Paracelse a inventé la Spagirique, avec une étymologie qui n’est peut-être pas tout à fait déraisonnable, faite à partir de span…].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Gilles Ménage, le 20 juillet 1651. Note 44

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1019&cln=44

(Consulté le 17.09.2019)

Licence Creative Commons