À Thomas Bartholin, le 1er avril 1669, note 5.
Note [5]

« composition conçue pour le luxe : à quoi bon tant de médicaments simples de si diverses natures, quel dieu malfaisant leur a enseigné ces duperies ? La nature se contente de peu, etc. » ; succession de deux emprunts, v. notes :

  • [24], lettre 117, pour le premier fragment, interrogatif, qui est une adaptation de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien contre la thériaque (v. note [9], lettre 5) ;

  • [12], lettre 619, pour le second, affirmatif, qui est un adage de Boèce illustré par Botal pour critiquer la multiplicité des remèdes.

V. note [1], lettre 1001, pour la thèse contre l’emploi de la thériaque dans la peste, que Guy Patin méditait alors et qu’il présida le 5 mars 1671.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Thomas Bartholin, le 1er avril 1669, note 5.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1505&cln=5

(Consulté le 21/07/2024)

Licence Creative Commons