À André Falconet, le 11 novembre 1667, note 6.
Note [6]

V. note [1], lettre 463, pour l’assassinat à Blois, en 1588, de Henri ier de Lorraine, duc de Guise, surnommé le Balafré.

Charles vi le Bien-Aimé (1366-1422), roi de France en 1380, eut un règne tourmenté, d’abord par ses trois oncles, les ducs d’Anjou (Louis), de Berry (Jean) et de Bourgogne (Philippe le Hardi, 1342-1404), qui le tinrent en régence jusqu’en 1388 ; ensuite par sa folie (schizophrénie), qui le rendit incapable en 1392. Son frère puîné, Louis ier, duc d’Orléans (v. note [16], lettre 327), s’érigea alors en régent de fait, mais fut assassiné en 1407 par ordre du duc de Bourgogne, Jean sans Peur (1371-1419, fils aîné de Philippe le Hardi).

Charles d’Orléans (1394-1465, immortalisé par ses poèmes), fils de Louis ier, engagea alors la guerre civile des Armagnacs contre les Bourguignons. Profitant de cette anarchie, les Anglais envahirent la France, emportant la victoire décisive d’Azincourt (1415) et obtenant l’alliance avec les Bourguignons ; ce qui réunit les couronnes d’Angleterre et de France jusqu’à la salvatrice intervention de Jeanne d’Arc en 1429 (v. note [21], lettre 925).

Le roi Louis xii (v. note [17], lettre 117) était le fils de Charles d’Orléans et le petit-fils de Louis ier. Pour la cohérence historique, j’ai remplacé les « deux ducs de Bourgogne, Jean et Charles », par « Jean et Philippe ».

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 11 novembre 1667, note 6.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0927&cln=6

(Consulté le 23/04/2024)

Licence Creative Commons