À Vopiscus Fortunatus Plempius, le 3 novembre 1656, note 6.
Note [6]

Giovanni Manardi (Jean Manard, mort en 1536, v. note [2], lettre 533) a médit d’Avicenne dans ses Epistolarum medicinalium libri xx [Vingt livres d’Épîtres médicales] (Bâle, 1536, v. notes [78], lettre latine 351) ; il suffit d’y lire les intitulés de l’index à l’entrée Auicenna :

  • rex in medicina dictus [on le dit roi en médecine] ;

  • erroribus caliginosus [ses erreurs le rendent obscur] ;

  • suum de medicina librum ab aliis transcripsit [il a tiré d’autres auteurs son livre de médecine] ;

  • quid illi intelligendo adiumento esse possit [ce qui pourrait aider à le comprendre] ;

  • paulum sequutus [il a été peu suivi] ;

  • suis operibus supremam manum non imposuit [il n’a pas mis la dernière main à ses ouvrages] ;

  • inter classicos non numerandus [il ne doit pas être compté parmi les classiques].

Grand pourfendeur de la médecine arabe, Leonhard Fuchs (v. note [5], lettre 123) s’est notamment et nommément attaqué à Avicenne dans neuf Errores de ses Errata recentiorum medicorum, lx. numero, adiectis eorundem confutationibus, in Studiorum gratiam, iam primum ædita [Égarements des médecins modernes, au nombre de 60, avec leurs réfutations, pour le bénéfice des étudiants, ouvrage publié pour la première fois] (Haguenau, Johann Secerius, 1530, in‑4o de 158 pages) :

  • Error 19. Avicenna Cicutam, Napellumque herbas videtur ignorasse, quoniam quæ Cicutæ debentur, Napello tribuit,

    [Erreur 19. Avicenne semble ne pas avoir reconnu que ciguë et aconit sont deux herbes distinctes, parce qu’il attribue à l’aconit les propriétés de la ciguë] ;

  • Error 20. Avicenna vicinitate nominis deceptus, Ixion, id est, viscum pro Ixia inter venena enumerat,

    [Erreur 20. Trompé par la quasi-homonymie, Avicenne compte l’ixion parmi les poisons, c’est-à-dire le gui (ixia en grec) au lieu de l’atractylis gommifère (ixias)] ;

  • Error 22. Avicenna Calamentum cum Origano confundit,

    [Erreur 22. Avicenne confond l’herbe aux chats avec l’origan] ;

  • Error 23. Avicenna quatuor herbas, natura et figura differentes, sub unius Auriculæ Muris appellatione confundit,

    [Erreur 23. Avicenne confond quatre herbes, qui sont différentes par leur nature et leur aspect, en une seule, sous le nom d’oreille de souris (myosotis)] ;

  • Error 26. Avicenna præter hoc quod varius in describenda Populo arbore est, falso etiam calidam esse in tertio ordine asserit,

    [Erreur 26. En variant dans sa description du peuplier, Avicenne se trompe en le disant être chaud et le range dans la troisième classe] ;

  • Error 32. Avicenna Volubilis herbæ proprietates cum Hederæ proprietatibus confundit,

    [Erreur 32. Avicenne confond les propriétés du volubilis avec celles du lierre] ;

  • Error 34. Avicenna et Serapio lapidem Armenum et Lazuli confundunt,

    [Erreur 34. Avicenne et Sérapion d’Alexandrie (dit l’empirique) confondent la pierre d’Arménie avec le lapis-lazuli (v. note [2] de l’observation viii)] ;

  • Error 47. Avicenna Erysipelam, Formicam Miliarem, Ignem Persicum, morbos natura distantes, eorundemque curationes confundit,

    [Erreur 47. Avicenne confond en une seule les maladies distinctes que sont l’érysipèle, l’herpès miliaire (zona) et le feu persique (charbon), et leur assigne le même traitement] ;

  • Error 48. Pernitiosissime Avicenna in curatione Bubonis pestiferi remedia reprimentia adhibet,

    [Erreur 48. Avicenne prescrit très pernicieusement des remèdes condamnables dans le traitement du bubon pestilent].

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Vopiscus Fortunatus Plempius, le 3 novembre 1656, note 6.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1094&cln=6

(Consulté le 12/04/2024)

Licence Creative Commons