À Sebastian Scheffer, le 24 mai 1665
Note [71]

Page 317 (Paris, 1646), livre ii, chapitre cii (sic pour cvii, coquille qui a échappé à l’œil de Guy Patin), De Hedera [Le Lierre], ligne 20 (§ 4), enlever alias [autrement] dans :

Et hæc de prima specie, quæ hoc a Natura peculiare habet, quod prima ipsius folia sun incisa et varia, posteriora et summa rotunda. Solet enim Natura scindendo, alias [mot à supprimer], procedere a simplici ad varium.

[La Nature a conféré aux premières feuilles {a} de cette première espèce la particularité d’être dentelées et tachetées, tandis que les tardives et les plus hautes sont rondes. Quand elle scinde, la Nature a pourtant l’habitude de faire autrement, en allant du simple au compliqué].


  1. Feuilles de lierre (Thomas Corneille) :

    « Le jus des feuilles pris en gros vin est bon aux enflures de la rate. Ceux qui ont des cautères y mettent des feuilles de lierre, à cause de leur propriété particulière à attirer l’humeur qui y distille, et que d’ailleurs elles sont fort bonnes à consolider la plaie. Matthiole dit qu’en Italie les femmes en mettent de petits chapeaux sur la tête de leurs enfants quand ils y ont des pustules, et qu’elles en ôtent par là toute l’inflammation [v. note [6], lettre latine 412]. »

  2. V. note [13], lettre 17, pour la gomme de lierre (hédérée), qui sourd de son tronc.


La réédition de Francfort (1667, page 254) a appliqué cette correction (et rectifié le numéro du chapitre).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 24 mai 1665. Note 71

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1384&cln=71

(Consulté le 28.11.2022)

Licence Creative Commons