À Charles Spon, le 21 janvier 1656
Note [8]

La princesse Marie, Louise-Marie de Gonzague-Mantoue, avait épousé en secondes noces Jean ii Casimir, frère de son premier mari, Ladislas iv, tous deux rois de Pologne (v. note [2], lettre 128).

Le fils cadet de l’empereur germanique, Ferdinand iii (v. note [11], lettre 44), était Léopold-Ignace de Habsbourg (Vienne 1640-1705), roi de Hongrie depuis le 22 juin 1655. Son frère aîné, Ferdinand iv (v. note [7], lettre 318), successeur désigné (roi des Romains) de Ferdinand iii, était mort le 9 juillet 1654. Léopold se trouvait donc en position d’héritier présomptif du sceptre impérial, mais n’avait pas été sacré roi des Romains. La mort de son père, le 1er avril 1657 allait donc ouvrir un interrègne. Léopold-Ignace allait parvenir, non sans peine, à se faire élire empereur, sous le nom de Léopold ier, le 18 juillet 1658. Mazarin, en effet, œuvra obstinément contre ce maintien des Habsbourg d’Autriche à la tête du Saint-Empire, ayant même nourri un moment le vain espoir d’y faire élire Louis xiv. Le règne de Léopold ier fut une longue lutte contre l’indépendance de la Hongrie, les entreprises des Turcs, le déclin de la Couronne d’Espagne et la puissance de Louis xiv.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 21 janvier 1656. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0432&cln=8

(Consulté le 14.10.2019)

Licence Creative Commons