À Claude II Belin, le 24 août 1658
Note [8]

« de ses Discussions de théologie. »

Gisbertus Voetius (Ghys ou Gisbert Voet ; Heusden, Hollande 1593-1680) avait mené ses études à Leyde et rempli jusqu’en 1634 les fonctions de ministre dans sa ville natale. Nommé alors professeur de théologie et de langues orientales au séminaire d’Utrecht, qui fut transformé deux ans plus tard en université, il attaqua avec violence la philosophie de Descartes qu’il appelait tour à tour athée et jésuite, et en vint même jusqu’à le citer devant les magistrats civils d’Utrecht. Ses controverses avec Cocceius, professeur à Leyde, divisèrent les théologiens hollandais en coccéiens et en voétiens. Théologien calvinsite rigoriste (puritain), Voet était un polémiste intarissable et coriace, toujours prêt à rompre une lance avec les catholiques romains, les philosophes progressistes ou les arminiens (v. note [7], lettre 100). Il avait eu Marten Schoock pour infortuné disciple, qui refusa de le suivre dans ses emportements intransigeants (v. la lettre de Christiaen Utenbogard, datée du 21 août 1656).

Guy Patin prisait et citait ici ses Selectæ disputationes theologicæ [Discussions théologiques choisies] en cinq parties in‑4o :

  1. [Disputationes 1‑55] (Utrecht, Joannes a Waesberge, 1648) ; {a}

  2. [Disputationes 1‑80] (id. et ibid. 1655) ;

  3. [Disputationes 1‑101] (id. et ibid. 1659) ;

  4. [Disputationes 1‑51] - In qua præcipue tractantur selectæ materiæ et quæstiones ad secundam decalogi tabulam spectanta. Cui accedit Syllabus quæstionum ad totum decalogum [Où sont principalement traités des thèmes et questions choisis touchant la seconde table du décalogue. Y a été ajouté un index des questions sur tout le décalogue] (Amsterdam, 1667) ;

  5. [Disputationes.] - In qua præcipue tractantur quæstiones ad primam theologiæ partem spectantes. Accedunt Dissertatio epistolica de termino vitæ, Exercitatio de prognosticis cometarum, antehac seorsim editæ [Où sont principalement traitées des questions touchant à la première partie de la théologie. Y ont été ajoutés une dissertation épistolaire sur la fin de la vie et un exercice sur les prédictions des comètes, qui avaient jusqu’à présent été publiés séparément] (ibid. 1669).


    1. Avec un portrait de l’auteur, gisbertus voetius theolog. in acad. ultrajectina professor ætatis lix. ao 1647, {i} accompagné de ces vers :

      En tibi Voetiadæ placida sub imagine vultus :
      Divinum ingenium linea quæque notat.
      Si majora cupis : Viva est virtutis imago,
      Quam vita et scriptis exprimit ipse suis

      [Sous ce paisible portrait, voici pour toi le visage de la Vœtiade : {i} chaque trait en montre le divin génie. Si tu en désires plus : il est la vivante image de la vertu, qu’il exprime lui-même par ses mœurs et ses écrits].

      1. « Gisbertus Voetius, professeur de théologie à l’Université d’Utrecht, 1647, en sa 59e année d’âge ».

      2. L’épopée de Vœtius, à l’instar de l’Iliade (Iliades) pour la guerre de Troie (Ilion).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 24 août 1658. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0534&cln=8

(Consulté le 22.09.2021)

Licence Creative Commons