L. 934.  >
À André Falconet,
le 27 juin 1668

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Quelque envie que j’aie de vous écrire et de vous donner de nos nouvelles, j’ai demeuré là faute de matière. Il y a quatre jours que mourut ici Mme de Villequier, [2] fille de M. Le Tellier, [3] secrétaire d’État. Elle a été emportée de la petite vérole [4] et était grosse d’environ trois mois. Voilà une grande affliction pour cette famille et moi-même, j’en ai grand regret ; mais il faut prendre patience, la mort n’épargne personne. [1] L’on dit qu’il y a eu sédition dans Dole [5] par la populace contre Messieurs du parlement[2] Hélas, que le monde est malheureux sous le masque d’une fausse politique avec laquelle il est aujourd’hui gouverné ! Messieurs du Parlement, les trois chambres assemblées, ont condamné à mort par contumace M. Le Tillier, [6] receveur des consignations [7] qui s’en alla il y a tantôt trois ans hors du royaume sans dire adieu à personne, en emportant beaucoup d’argent à plusieurs à qui il était dû. Cet homme était fils d’un avocat, il a été conseiller à Metz [8] puis maître des requêtes, puis intendant des finances, enfin receveur des consignations et puis banqueroutier. Jadis un empereur romain disait Omnia fui et nihil expedit : J’ai fait toute sorte de personnage et cela ne m’a de rien servi ; [3][9] M. Le Tillier pourrait aujourd’hui en dire presque autant ; on tient pour certain qu’il est à Venise, quoique la plupart le croient en Hollande. Vale.

De Paris, ce 27e de juin 1668.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 27 juin 1668

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0934

(Consulté le 27.11.2020)