L. 938.  >
À André Falconet,
le 27 juillet 1668

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Vous aurez pour nouvelle de ce pays que le lieutenant criminel [2] travaille au procès d’un prêtre accusé de sorcellerie, [3] mais je ne crois point à ces bagatelles. Delrio [4] n’en a que trop dit, de même que Bodin dans sa Démonomanie[5] quoiqu’il n’y crût pas lui-même et qu’il soit mort juif[1] Un savant hollandais nommé Martinus Schoockius, [6] professeur à Groningue [7] en philosophie, est mort chez l’électeur de Brandebourg [8] où il avait été appelé par ce prince pour y décrire l’histoire du pays. Il a fait beaucoup de livres et était fort savant en diverses sciences, mais il était grand ennemi de M. Gronovius [9] qui est aujourd’hui le docteur de Leyde [10] le plus éminent. [2] Ce Martinus Schoockius est celui qui avait écrit entre plusieurs traités, un de l’aversion que plusieurs ont pour le fromage, [11] un traité de la bière [12] qu’il m’avait dédié, et un de la fermentation. Il fait ici fort chaud, mais il y a peu de malades. La raison en est dans Hippocrate, [13] c’est que les saisons sont comme elles doivent être quand il fait bon été, car alors il n’y a pas de dérèglement des saisons qui cause bien des maladies. [3] Deux voleurs d’églises et de saints ciboires ont été ce matin condamnés au Châtelet [14] à avoir le poing coupé [15] et être brûlés tout vifs, ce qui a été exécuté aujourd’hui. [16] Je suis, etc.

De Paris, ce 27e de juillet 1668.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 27 juillet 1668

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0938

(Consulté le 13.11.2019)