À Arnold Senguerdius, le 4 juin 1664
Note [1]

« Vieillesse sera incurable cette année à cause des années passées » : adage ironique de François Rabelais (v. note [6] du Borboniana 9 manuscrit), que Guy Patin aimait à surnommer le Lucien (de Samosate) français (v. note [14], lettre 41).

Né le 23 décembre 1601, Vopiscus Fortunatus Plempius était dans sa 63e année d’âge (comme était Patin, né le 31 août 1601), soit la dernière de son neuvième septénaire, celle qu’on tenait pour être la grande climatérique : la théorie pythagoricienne des nombres (reprise par les néoplatoniciens) fondait le renouvellement des parties du corps humain sur un cycle de sept ans, mais Claude ii Saumaise l’avait battue en brèche dans ses discussions de Annis climatericis… [sur les Années climatériques…] (Leyde, 1648, v. note [27], lettre 146).

Une longue critique de la grande climatérique occupe les pages 438‑439 des Hippocratis Magni Coacæ Prænotiones… [Prénotions coaques du grand Hippocrate…] de Louis Duret (Paris, 1588, v. note [10], lettre 11), avec ce préambule :

Quæ ratio si nota esset illis magistris qui profitentur scientiam climacterici anni, quem exigit atque percurrit sexagesimus tertius ; non tam ridicula essent illorum triscurria quibus vanitatem suam, impia superstitione fucatam, pro veritate ostentant.

[Des maîtres professent la science de l’année climatérique, celle que parcourt et conduit à son terme celui qui est dans sa soixante-troisième année ; mais s’ils connaissaient ce raisonnement, {a} on n’aurait pas tant à rire des bouffonneries qui leur servent à faire passer pour une vérité leur mensonge, qui est teinté de superstition impie].


  1. Sentence de Galien que commente Duret : Sane, non ut morborum causa est repentina : sic et generationis causa [En vérité, puisque l’origine des maladies n’est pas soudaine, il en va de même pour leur cause première].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Arnold Senguerdius, le 4 juin 1664. Note 1

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1332&cln=1

(Consulté le 09.12.2022)

Licence Creative Commons