À Charles Spon, le 5 février 1643
Note [12]

V. note [17], lettre 34, pour l’Histoire romaine de Scipion Dupleix.

Jean-Louis de Nogaret de La Valette (Caumont, Gers 1554-Loches 13 janvier 1642), duc d’Épernon en 1581, était le fils de Jean de Nogaret. S’étant distingué lors de nombreux combats, il avait été l’un des mignons d’Henri iii, y gagnant une multitude de dignités. Il en avait tant abusé qu’il avait dû quitter la cour pour Loches en 1588, mais était revenu en grâce après l’assassinat du duc de Guise. Après la mort d’Henri iii, le duc d’Épernon, zélé catholique, s’était d’abord déclaré contre Henri iv, puis rallié à lui. Il était aux côtés du roi dans le carrosse où Ravaillac le poignarda mortellement en 1610. Le duc avait aussitôt pris en main le pouvoir et fait reconnaître le lendemain Marie de Médicis comme reine régente. La gratitude de la reine le mena à de nouveaux honneurs, mais son tempérament intrigant et querelleur lui valut de multiples déboires, et Louis xiii l’exila de nouveau et définitivement à Loches en 1641. Le duc d’Épernon avait eu trois fils de son mariage avec Marguerite de Foix : Henri, duc d’Halluin (1590-1639), mourut avant son père ; Bernard hérita du titre de duc d’Épernon (v. note [13], lettre 18) ; et Louis devint le cardinal de La Valette (v. note [12], lettre 23) (G.D.U. xixe s.).

Les lettres de Guy Patin ont aussi évoqué le chevalier Jean-Louis de La Valette (v. note [91], lettre 166), bâtard du duc d’Épernon.

La Vie du duc d’Épernon, écrite par Guillaume Girard, n’a été publiée qu’en 1655 (v. note [16], lettre 349).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 5 février 1643. Note 12

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0076&cln=12

(Consulté le 18.10.2019)

Licence Creative Commons