À Charles Spon, le 10 mai 1652
Note [14]

Guy Patin jouait ici avec l’étymologie populaire mais improbable du mot antimoine (v. note [8], lettre 54), comme l’avait lui-même fait Jean-Pierre Camus {a} dans le titre de son livre publié à l’occasion de la querelle des réguliers pour la défense des libertés de l’Église gallicane :

L’Antimoine bien préparé, ou Défense du livre de Monsieur l’évêque de Belley intitulé Le Directeur désintéressé {b} contre les réponses de quelques cénobites {c}… {d}


  1. Évêque de Belley, v. note [9], lettre 72.

  2. Le Directeur spirituel désintéressé. Selon l’Esprit du B. François de Sales, Évêque et Prince de Genève, Instituteur de l’Ordre de la Visitation Sainte-Marie. Par Jean-Pierre Camus Évêque de Belley (Paris, Fiacre Denors, 1631, in‑12 de 436 pages).

  3. Moine vivant en communauté dans un couvent.

  4. Sans lieu ni nom, 1632, in‑8o de 24 pages, par Camus, sous couvert de l’anonymat.

    Dans la même veine, Camus a ensuite publié :

    • Le Rabat-joie {i} du Triomphe monacal. Tiré de quelques lettres, recueillies par P.D.P.D. S. Hilaire ; {i}

    • La Suite du Rabat-joie du Triomphe monacal. Recueillie par le Sr de S. Hilaire. {ii}

      1. Rabat-joie, « qui vient troubler la réjouissance de ceux qui sont en train de se divertir : “ ce critique, ce jaloux est un rabat-joie, ennemi du plaisir des autres ” ; “ cet accident fâcheux a été un grand rabat-joie dans la famille de ces messieurs ” » (Furetière).

      2. À L’Isle, sans nom, 1633, in‑4o de 238 pages, .

      3. Sans lieu ni nom, 1634, in‑8o de 256 pages.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 mai 1652. Note 14

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0286&cln=14

(Consulté le 29.11.2022)

Licence Creative Commons