À Charles Spon, le 12 août 1650, note 17.
Note [17]

« sur l’origine et l’ancienneté de l’imprimerie ». Il s’agit du chapitre vii (pages 224‑320) Que l’impression a été premièrement reçue et établie en France pendant son règne, avec une curieuse digression sur l’invention d’icelle du livre de Gabriel Naudé intitulé :< :p>

Addition à l’Histoire de Louis xi{a} Contenant plusieurs recherches curieuses sur diverses matières. {b}


  1. V. note [12] du Patiniana I‑2 pour l’ouvrage de Pierre Matthieu auquel Naudé « ajoutait ».

  2. Paris, François Targa, 1630, in‑8o de 378 pages.

V. note [18], lettre 246, pour la conclusion de Naudé sur cette question, qui était alors vivement débattue.

En 1644 (Paris, Antoine Vitré, in‑4o de 13 pages), avait paru un ouvrage anonyme intitulé Brevis excursus de loco, tempore, et authore inventionis typographiæ. Ad clarissimum virum Gabrielem Naudæeum, Parisiensem [Brève digression sur l’invention de l’imprimerie, son lieu, sa date et son auteur. Au très brillant Gabriel Naudé de Paris] ; l’auteur caché en était Jacques Mentel (v. note [6], lettre 14), neveu de Naudé.

Guy Patin avait déjà parlé de ces deux ouvrages et disserté sur la découverte de l’imprimerie dans sa lettre du 1er mars 1646 à Bernhard von Mallinckrodt.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 12 août 1650, note 17.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0238&cln=17

(Consulté le 23/02/2024)

Licence Creative Commons