À André Falconet, le 27 avril 1660
Note [19]

« et souffre {a} de la même rugosité que Tertullien, {b} il est lipsien ou singe de Lipse, ou moins bon que Lipse, tel que fut quelquefois Erycius Puteanus, {c} ou encore Petrus Gruterus, {d} Théophile Raynaud et un petit nombre d’autres, “ qu’un renom obscur a laissé sombrer dans l’oubli ”. » {e}


  1. V. note [11], lettre 342, pour le doyen François Blondel, dont Guy Patin blâmait la plume latine.

  2. V. note [9], lettre 119.

  3. Erycius Puteanus (Venlo, Gueldre 1574-Louvain 1646) : Eerijk ou Hendrik De Put en flamand, Éric ou Henri Dupuy en français (v. note [69] du Naudæana 2 pour d’autres précisions sur les variantes de son nom), professa quelque temps l’éloquence à Milan puis reçut le titre d’historiographe du roi d’Espagne, et devint en 1606 professeur de langue latine et de belles-lettres à Louvain en succession de son maître Juste Lipse, mort en 1606. Puteanus a laissé « une infinité de livres » (Bayle, note A sur Puteanus).

  4. Petrus Gruterus, natif du Palatinat (vers 1574-1634), sans lien de parenté avec son contemporain Janus Grüter (v. note [9], lettre 117), exerça la médecine en Hollande et publia des lettres latines dont beaucoup critiquèrent le mauvais style : v. ce que Bayle dans l’article qu’il lui a consacré.

  5. Virgile, v. note [22], lettre 117.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 27 avril 1660. Note 19

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0605&cln=19

(Consulté le 07.02.2023)

Licence Creative Commons