À Hugues II de Salins, le 18 avril 1659
Note [23]

Relation du Voyage d’Adam Olearius en Moscovie, Tartarie et Perse, augmentée en cette nouvelle édition {a} de plus d’un tiers, et particulièrement d’une seconde partie contenant le voyage de Jean Albert de Mandelslo {b} aux Indes Orientales. Traduit de l’allemand par Abraham de Wicquefort, {c} résident de Brandebourg. Tome premier. {d}
Suite de la relation du Voyage en Moscovie […] Contenant une description particulière de l’Indosthan, de l’empire du Mogul, des îles de l’Orient, du Japon, de la Chine, etc. et des révolutions qui y sont arrivées depuis quelques années… Tome second. {e}


  1. Première édition parue à Paris, 1659.

  2. Johann Albrecht von Mandelslo (1616-1644).

  3. V. note [19], lettre 402.

  4. Paris, Jean Du Puis, 1666, in‑4o de 685 pages.

  5. Ibid. et id. 1666, in‑4o de 648 pages.

Adam Ölschläger (Olearius en latin ; Aschersleben, principauté d’Anhalt 1600-Gottorp 1671), entré au service de Frédéric, duc de Holstein-Gottorp, s’était fait remarquer par connaissances en mathématiques, en histoire et dans les langues. En 1633, on l’adjoignit comme secrétaire à une ambassade envoyée en Perse et en Moscovie, afin d’établir des relations commerciales par terre entre ces pays et le nord de l’Allemagne. Arrivés à Moscou en août 1634, les ambassadeurs avaient obtenu du tsar Michel Fodorovitz le libre passage des marchandises entre la Perse et le duché de Holstein. Ils avaient conclu un traité avec lui et avant d’aller en Perse, étaient retournés auprès du duc Frédéric afin de le faire ratifier. Rentrés à Gottorp au mois d’avril 1635, ils avaient obtenu la ratification par le duc Frédéric du traité conclu avec le tsar et six mois plus tard, ils étaient partis pour la Perse en traversant la Russie. Ayant descendu la Moscova et la Volga sur des embarcations, les voyageurs étaient entrés dans la mer Caspienne [v. note [24], lettre 197] pour arriver à Ispahan au mois d’août 1637. Le shah leur donna audience, mais les négociations traînèrent en longueur et n’eurent pas le succès qu’on espérait. Au mois de décembre suivant, l’ambassade avait quitté Ispahan et repris la route d’Allemagne en repassant par Moscou. Ölschläger fut nommé conseiller bibliothécaire et conservateur du cabinet de curiosités de la principauté. Ce fut sous sa direction que furent exécutés, de 1654 à 1664, un globe céleste en cuivre de 11 pieds de diamètre et une sphère armillaire (v. note [30] du Faux Patiniana II‑2) de 4 pieds. Olearius possédait le russe, l’arabe, le persan et était membre de l’Académie des Fructifiants. Outre la relation de son voyage (publiée pour la première fois, en allemand, en 1647), on lui doit des traductions de l’arabe et du persan, des poésies, une Chronique du Holstein (1663), un Lexicum Persicum [Dictionnaire persan] (G.D.U. xixe s.).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues II de Salins, le 18 avril 1659. Note 23

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0557&cln=23

(Consulté le 10.12.2022)

Licence Creative Commons