Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Patiniana I‑3 (1701)
Note [38]

Empruntée au manuscrit de Vienne (v. note [12] de l’Introduction aux ana de Guy Patin), l’addition mise entre crochets rend compréhensible ce passage tronqué du Patiniana imprimé.

In Typhœum [Contre Typhœus] est un quatrième poème de Dominicus Baudius, tiré du livre iv de ses Iambicorum [Ïambes (v. notule {a}, note [5], lettre 47)] (pages 184‑187 des Poemata, 1607, v. supra note [36]). Typhœus est l’anagramme transparent de Pithœus, nom latin des frères Pithou, Pierre i (v. note [4], lettre 45) et François (v. note [2], lettre 50). Les premiers vers donnent le ton de cette pièce dirigée contre la cupidité et la méchanceté de François :

Typhœus iste, qui jubatus ut draco
Nec ipse mala gustat aurea, et procul
Cispellit alios pestilente sibilo,
Nullum quidem livoris experte sinit,
Passimque in omnes virus evomit suum
.

[Ce Typhœus, qui porte crête comme un dragon, qui non seulement se régale du mauvais argent, mais repousse les autres de son sifflement pestilentiel, ne permet rien qui ne soit exempt de jalousie, et vomit son venin partout et contre tous].

Dans la mythologie, Typhoée ou Typhée (Tuphôê en grec, Typhœus en latin) était, dit Fr. Noël :

« fils de la Terre et de Titon, un des géants qui voulurent détrôner Jupiter, avait cent têtes et fut élevé dans un natre en Cilicie. {a} On le confond avec Typhon. On dit qu’il se sauva seul dans la défaite des autres géants, et qu’ensuite il recommença la guerre contre Jupiter ; mais enfin, il fut vaincu, et accablé sous les rochers de l’île d’Inarime, aujourd’hui Ischia, vis-à-vis de Cumes. {b} Avant sa défaite, épris de Vénus, il la poursuivait jusque sur les bords de l’Euphrate. Elle ne lui échappa que parce que deux poissons la passèrent avec son fils à l’autre bord. Ces deux poissons furent mis depuis au nombre des signes du zodiaque. »


  1. Actuelle berge méditerranéenne de l’Anatolie turque.

  2. Près de Naples (v. notule {b‑i‑1}, note [23] du Naudæana 3).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Patiniana I‑3 (1701). Note 38

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8198&cln=38

(Consulté le 04.08.2021)

Licence Creative Commons