À Claude II Belin, le 13 janvier 1639
Note [4]

Pierre i Pithou (Troyes 1539-Nogent-sur-Seine 1596), élève, avec son frère François (v. note [2], lettre 50), du jurisconsulte Jacques Cujas, avait été reçu à 21 ans avocat au Parlement de Paris. Calviniste, il abandonna cette charge pour se rendre dans la principauté de Sedan à l’appel du duc de Bouillon, qui le chargea de rédiger la coutume de ce territoire où les protestants étaient majoritaires. Revenu en France après l’édit de pacification de 1570, Pithou échappa au massacre de la Saint-Barthélemy (1572) ; mais l’année suivante, il abjura le protestantisme. Il fut nommé procureur général à Bordeaux en 1581, auprès de son ami Antoine Loisel (v. note [3], lettre 91), avocat général du même parlement de Guyenne. De retour à Paris, Pithou se prononça hautement contre la Ligue ; il prit part à la publication de la Satire Ménippée (v. note [18], lettre 310), rendit d’importants services à Henri iv et leva les dernières difficultés qui s’opposaient à son avènement, entre autres la résistance des prélats, à qui il sut arracher une adhésion qui entraîna celle de Rome. Le 2 mars 1594, en entrant à Paris, le roi chargea Pithou d’organiser, comme procureur général, un Parlement provisoire. Toujours modeste, Pithou s’empressa de quitter ces fonctions dès que sa tâche fut remplie. Il revint à ses livres et à ses études du droit pour ne plus les quitter jusqu’à sa mort (G.D.U. xixe s.).

Réédités par Pierre Dupuy (v. note [5], lettre 181), les Traités des droits et libertés de l’Église gallicane, contenant celui de Pierre Pihou, paraissaient en 1639 (sans lieu, ni nom, deux volumes in‑fo) ; la première édition datait de 1594. Reconnaissant au roi, entre autres, le droit d’interrompre les relations entre le pape et les évêques français, ce livre servit de base à la déclaration dite des quatre articles, par laquelle, en mars 1682, l’Assemblée générale extraordinaire du Clergé devait limiter l’autorité du pape en France et refuser son infaillibilité (Triaire et Prévot).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 13 janvier 1639. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0045&cln=4

(Consulté le 18.09.2019)

Licence Creative Commons