À Charles Spon, le 4 décembre 1654
Note [5]

V. note [11], lettre 315, et passim, pour la querelle scientifique qui avait opposé Jean-Baptiste Morin à Pierre Gassendi, tous deux professeurs royaux de mathématiques.

Leur réconciliation devait être récente ou fort incomplète, à en juger sur la virulente Vincentii Panurgi Epistola de tribus Impostoribus. Ad Clarissimum virum Ioan. Baptistam Morinum, Doctorem Medicum atque Regium Matheseos Professorem [Lettre de Vincent Panurge à propos des trois Imposteurs. Adressée au très distingué M. Jean-Baptiste Morin, docteur en médecine et professeur royal de mathématiques] (Paris, Macé Bouillette et Jean Guignard, 1654, in‑4o). Le titre est suivi de cette citation biblique : Magna est veritas, et prævalet [Grande est la vérité, et elle prévaut] (Esdras lib. 3, cap. 4). Emprunté au livre le plus sulfureux de l’époque, le titre de trois imposteurs (v. note [23], lettre 449) est appliqué à Gassendi, François Bernier (v. note [69], lettre 332) et Mathurin Neuré (v. note [2], lettre 211).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 4 décembre 1654. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0381&cln=5

(Consulté le 13.05.2021)

Licence Creative Commons