À Charles Spon, le 16 juillet 1658
Note [5]

« de piété craintive ».

Le court passage de Flavius Josèphe sur Jésus (écrit au ier s. de notre ère), au chapitre iii du xviiie livre des Antiquités judaïques (63‑64) est le fameux Testimonium Flavianum [Témoignage de Flavius Josèphe (v. note [18], lettre 95)] qui fit (et fait encore) couler tant d’encre depuis le xvie s., puisque l’enjeu n’en est rien moins qu’une preuve de l’existence charnelle du Christ. Le voici avec, en italique, les interpolations vraisemblablement introduites par des mains chrétiennes (H. Cousin, J.‑P. Lémonon, J. Massonnet, Le Monde où vivait Jésus, Paris, éditions du Cerf, 2004) :

« À cette époque survient Jésus, un homme sage, car c’était un faiseur d’œuvres prodigieuses, si du moins on peut l’appeler un homme, maître des gens qui reçoivent les vérités avec plaisir ; il se gagna beaucoup de Juifs et beaucoup qui étaient d’origine grecque. Celui-là était le Christ. Lorsque, sur la dénonciation de nos notables, Pilate l’eut condamné à la croix, ceux qui l’avaient aimé au début ne cessèrent pas de le faire, car il leur apparut le troisième jour, de nouveau vivant, comme les divins prophètes l’avaient déclaré, ainsi que mille autres merveilles à son sujet. Et aujourd’hui encore le clan des chrétiens – nommés ainsi à cause de lui – n’a pas disparu »

L’interpolation partielle n’est qu’une des trois hypothèses sur ce passage : on a aussi défendu l’interpolation complète, tout autant que l’authenticité totale. V. note [5], lettre 845, pour la version janséniste du Testimonium.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 juillet 1658. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0530&cln=5

(Consulté le 29.11.2020)

Licence Creative Commons