À André Falconet, le 25 février 1661
Note [5]

« dans son Banquet, du troisième genre d’hommes savoir les androgynes ». Les paroles exactes d’Aristophane dans le Banquet de Platon sont :

« Jadis, la nature humaine était bien différente de ce qu’elle est aujourd’hui. D’abord il y avait trois sortes d’hommes : les deux sexes qui subsistent encore, et un troisième composé de ces deux-là ; il a été détruit, la seule chose qui en reste, c’est le nom. Cet animal formait une espèce particulière et s’appelait androgyne, parce qu’il réunissait le sexe masculin et le sexe féminin ; mais il n’existe plus, et son nom est en opprobre. »

Néréides, sirènes et tritons étaient des créatures marines fabuleuses de l’Antiquité.

Par moquerie, saint Jérôme a invoqué les animaux mythiques au début de son Traité contre l’hérétique Vigilantius, ou Réfutation de ses erreurs :

« On a vu dans le monde des monstres de différentes sortes : Isaïe parle des centaures, des sirènes et d’autres semblables ; Job fait une description mystérieuse de Léviathan et de Béhémoth ; nous devons aux poètes les fables, Cerbère, le sanglier de la forêt d’Érimanthe, la Chimère et l’Hydre à plusieurs têtes ; Virgile rapporte l’histoire de Cacus ; l’Espagne a produit Geryon, qui avait trois corps. La Gaule seule avait été exempte de monstre, et on n’y avait jamais vu que des hommes courageux et éloquents, quand Vigilantius, ou plutôt Dormitantius, {a} a paru tout à coup, combattant avec un esprit impur contre l’esprit de Dieu. »


  1. Vigilantius ou Vigilance, prêtre de Gaule aquitaine au iiieive s., avait accusé Jérôme d’adhérer à la théologie d’Origène. Jérôme jouait sur le verbe latin qui était à l’origine de son nom, vigilare (veiller), en le transformant en son contraire, dormitare (sommeiller).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 25 février 1661. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0672&cln=5

(Consulté le 25.11.2020)

Licence Creative Commons