Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Grotiana 2, note 53.
Note [53]

V. note [8], lettre 72, pour les huit tomes qui forment la série complète des « Dogmes théologiques » du P. Denis Petau (v. note [6], lettre 54), dont seuls les trois premiers avaient été imprimés à Paris au moment où le Grotiana a été rédigé.

  • Contrairement à ce qu’en disait le Grotiana, le second livre cité était bilingue, grec et latin :

    Διονισιου του Πεταβιου του εκ της εταιρειας Ιεσου Παραφρασις εμμετρος α παντων του Δαβιδου Ψσαλμων… Dionysii Petavii, e Societate Iesu, Paraphrasis Psalmorum omnium Davidis, nec non Canticorum, quæ sparsim in Bibliis occurrunt, Græcis versibus edita, cum Latina interpretatione, quæ ipsa per se Græce nescientibus Commentarii instar esse possit. {a}

    [Traduction, par Denis Petau, de la Compagnie de Jésus, de tous les Psaumes de David, ainsi que des Cantiques qui se trouvent dans la Bible, publiée en vers grecs, avec leur version latine, qui pourrait à soi seule tenir lieu de Commentaire pour ceux qui ignorent le grec].


    1. Paris, Sébastien Cramoisy, 1637, in‑12 de 597 pages, avec deux épîtres introductives bilingues : dédicace au pape Urbain viii, et préface Piis et eruditis Lectoribus [aux pieux et savants lecteurs].

  • Les Poemata de George Buchanan (Amsterdam, 1641,v. première notule {a}, note [11], lettre 65) contiennent :

    • sa Paraphrasis Psalmorum Davidicorum ad vulgatam editionem accommodata [Traduction des (150) Psaumes de David, adaptée de la Vulgate], pages 17‑196 ;

    • son Elegiarum liber [livre d’Élégies], pages 312‑330 ;

    • et son Iambωn liber [livre de Iambes (v. notule {a}, note [5], lettre 47)], pages 353‑363.

  • Pour les plus curieux de nos lecteurs, c’est l’occasion de comparer les latins du P. Petrau, de Buchanan et de la Vulgate (Psautier gallican), en prenant pour exemple la première strophe du Psaume 1 (École biblique de Jérusalem) :

    « Heureux est l’homme, celui-là
    qui ne va pas aux conseils des impies,
    ni dans la voie des égarés ne s’arrête,
    ni au banc des rieurs ne s’assied,
    mais se plaît dans la loi de Yahvé,
    mais murmure sa loi jour et nuit. »

    • Petau :

      O ter beatum, qui neque impiorum in consiliis ambulavit ;
      Neque in viis flexuosis peccatricis stetit turbæ :
      Neque idem irrisorum in pestilenti consedit solio.
      Sed mentem, animumque Dei in lege defigens,
      Assidue illam meditatur, nocte, ac die
      .

    • Buchanan :

      Felix ille animi, quem non de tramine recto
      Impia scrilegæ flexit contagio trubæ :
      Non iter erroris tenuit, sessorve cathedræ
      Pestiferæ, facilem dedit irrisoribus aurem :
      Sed vitæ rimatur iter melioris, et lata
      Mente Dei leges noctesque diesque revolvit
      .

    • Vulgate :

      Beatus vir qui non abiit in consilio impiorum,
      Et in via peccatorum non stetit,
      Et in cathedra pestilentiæ non sedit ;
      Sed in lege Domini voluntas eius,
      Et in lege eius meditabitur die ac nocte
      .

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Grotiana 2, note 53.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8201&cln=53

(Consulté le 22/02/2024)

Licence Creative Commons