Annexe : Les deux Vies latines de Jean Héroard,
premier médecin de Louis xiii, note 53.
Note [53]

Le Genius Pantoulidamas est ici catégorique sur le doctorat de Jean Héroard à Montpellier, mais n’en donne pas la date : on comprend seulement qu’il lui aurait été conféré entre Moncontour (octobre 1569) et les mois précédant la mort du roi Charles ix (mai 1574), probablement en 1572 ou 1573 (v. supra note [48]).

La Medica Praxis Empirico-methodica Scholæ Parisiensis, « pratique médicale empirico-méthodique de la Faculté de Paris », ne correspond à aucune école de pensée bien estampillée, et ne peut à mon avis s’entendre ici que comme un paradoxe ironique {a} car, selon Furetière :

« On appelle à Paris les médecins méthodiques, {b} ceux qui suivent la doctrine de Galien, qui guérissent avec des saignées et purgations appliquées à propos, {c} par opposition aux empiriques et chimistes, {d} qui usent de remèdes violents et de prétendus secrets. »


  1. On retrouve en effet cet oxymore dans le titre complet du Genius Pantoulidamas… et dans celui de la Lenonis Guillemei Scholæ Parisiensis Empirico-Methodicæ Doctoris… [Apothéose du maquereau Guillemeau, docteur de l’École empirico-méthodique de Paris…], attribuée à Siméon Courtaud (novembre 1654, v. note [2], lettre 380).

  2. Ou dogmatiques, v. note [2], lettre 70.

  3. Méthode fondée sur la théorie des quatre humeurs ; v. note [47], lettre 104, pour Léonard Botal, le champion le plus intransigeant de la saignée comme fondement universel de la thérapeutique, qui avait pratiqué et enseigné avec grand succès à Paris sous le règne de Charles ix.

  4. V. notes [6], lettre 28, pour l’empirisme, et [22], lettre 79, pour la chimie, qui caractérisaient l’École de Montpellier et l’opposaient à celle de Paris, comme je l’ai rappelé plus haut dans l’introduction (Paris contre Montpellier, 1641-1654).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Les deux Vies latines de Jean Héroard,
premier médecin de Louis xiii, note 53.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8225&cln=53

(Consulté le 21/04/2024)

Licence Creative Commons