À André Falconet, le 27 août 1648
Note [7]

François Rousset, surnommé l’inventeur de l’opération césarienne, était un docteur de Montpellier (fin du xvie s., début du xviie s.), médecin du duc de Savoie, surtout connu pour son Traité nouveau de l’hystérotomotokie, ou enfantement césarien, qui est extraction de l’enfant par incision latérale du ventre et matrice de la femme grosse ne pouvant autrement accoucher, et ce sans préjudicier à la vie de l’un ni de l’autre, ni empêcher la fécondité nouvelle par après (Paris, Denis Du Val, 1581, in‑8o, Medic@). On y lit (pages 110‑111) une lettre de « M. Aliboux [sic] de Sens (la bonne et ample renommée duquel m’ôte des mains l’occasion d’en dire plus) » :

« Une femme grosse, et pour être jà âgée ou autrement n’ayant pu accoucher sinon par morceaux, avait l’un et l’autre côté du petit ventre fort enflé à cause des violences des serrements, avec tous signes d’apostème, {a} lesquels se communiquaient aussi aux voies de la Nature. De ce lieu du ventre amplement ouvert par cautère sortit grande quantité de boue, et encore autant de pareille substance et couleur par les parties basses. Elle ne voulut souffrir que je la fisse sonder avec le spécule {b} pour juger à l’œil le fond de la sinuosité, {c} mais sans cela il apparaissait assez que l’apostème et l’ouverture d’icelle pénétraient jusque dans la matrice, par les communs accidents estimés selon l’ordre des temps et par les excréments semblables ; étant la guérison de l’une et l’autre partie par même moyen venue à pareille fin et en même temps. Puisqu’ainsi est (comme j’ai vu) ce n’est merveille de ce que vous traitez en votre gastrotomie ; {d} étant plus malaisé qu’un tel ulcère guérisse qu’une simple plaie en pareil lieu. »


  1. Abcès.

  2. Spéculum.

  3. Du vagin.

  4. Incision du ventre telle que pour extraire un fœtus.

Jean d’Ailleboust ou Aillebout (Joannes Albosius), natif des environs d’Autun (1532-1594), fut premier médecin de Henri iv. Il a laissé une Observatio lithopædii, sive embryonis in utero materno petrefacti… [Observation d’un lithopædion, ou fœtus pétrifié dans l’utérus maternel…] (Sens, 1582, in‑8o) qui a été traduite en français (v. note [45], lettre 348). V. note [7], lettre Observation 20, pour les circonstances (prétendues) de sa mort. Élie Béda (v. note [27], lettre 155) était son petit-fils.

Il existe aussi une édition latine du Traité nouveau… de Rousset, intitulée Υστεροτομοτοκιας, id est Cæsarei partus assertio histeriologica… [Hystérotomotokie, ou revendication hystérologique de l’enfantement césarien…] (Paris, Denis Du Val, 1590, in‑8o). On trouve à la fin (pages 509-596) un traité intitulé Scleropalæcyematis sive lithopædii Senonensis, id est Fœtus lapidei vigeoctennalis causæ. Cur nasci non potuerit. Cur per viginti octo annos in utero retentus non putruerit. Cur in lapidem obduruerit [Causes du lithopædion de Sens (v. note suivante), c’est-à-dire d’un fœtus pétrifié depuis 28 ans : pourquoi il n’aura pas pu naître ; pourquoi, retenu dans l’utérus, il ne se sera pas putréfié pendant 28 ans ; pourquoi il se sera durci en pierre], dont le corps est une longue discussion en vers latin (pages 527-596) entre deux personnages dénommés Pirologistes et Paleomanes.

Caspar Bauhin (Bâle 1560-ibid. 1624), médecin de Bâle, père de Johann Caspar i (v. note [10], lettre 151), a traduit le livre de Rousset : Fœtus vivi ex matre viva sine alterutrius vitæ periculo Cæsura a Francisco Rousseto Medico Gallice conscripta, a Caspare Bauhino Professore Medico Basil. ord. latio reddita : Variis Historiis aucta et confirmata. Adiecta est Iohannis Albosii Protomedici Regii Fœtus per annos xxiix in utero contenti et lapidefacti Historia elegantissima [Extraction du fœtus vivant par incision de la mère vivante, sans mise en jeu de la vie de l’un et de l’autre, écrite en français par François Rousset et traduite par Caspar Bauhin, professeur ordinaire de médecine à Bâle, qui l’a augmentée et confirmée par diverses observations. Il y a ajouté la très belle observation de Jean Aillebout, premier médecin du roi, sur un fœtus pétrifié qui a séjourné dans l’utérus pendant 29 ans] (Bâle, 1591, Conrad Waldkirch, in‑8o). C’est dans ce livre que Bauhin a donné la première description imprimée de la valvule intestinale qui porte toujours son nom aujourd’hui (v. l’annexe de la Consultation 16, intitulée Jean ii Riolan contre Caspar Bauhin sur la découverte de la valvule iléo-cæcale).

Avant l’invention de cette opération par Rousset, la césarienne se limitait à ouvrir le corps d’une femme enceinte qui venait de mourir pour extraire l’enfant qu’elle portait ; il arrivait au nouveau-né de survivre (v. note [7], lettre latine 452).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 27 août 1648. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0159&cln=7

(Consulté le 27.02.2020)

Licence Creative Commons