À André Falconet, le 25 septembre 1665, note 7.
Note [7]

Achevé dès 1601, l’Eusèbe de Joseph Scaliger (v. note [6], lettre 483) avait mis cinq ans à sortir des presses (Leyde, 1606, v. note [2], lettre latine 116).

Les lettres latines de Scaliger, comme ses lettres françaises à Jacques-Auguste i de Thou (dédicataire de ce livre), regorgent de plaintes acerbes à l’encontre des imprimeurs qui tardèrent tant à achever leur ouvrage. Ces atermoiements permirent à Arnauld de Pontac (v. notule {b}, note [48] du Borboniana 5 manuscrit), évêque de Bazas, de faire paraître son édition d’Eusèbe (Bordeaux, 1604, in‑fo) deux ans avant celle de Scaliger.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 25 septembre 1665, note 7.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0836&cln=7

(Consulté le 13/04/2024)

Licence Creative Commons