À Charles Spon, le 18 juin 1649
Note [72]

Michel de Marolles, abbé de Villeloin (Genille, Touraine 1600-Paris 1681), avait été nommé dès l’âge de neuf ans abbé de Baugerais en Touraine. Ayant reçu la tonsure en 1610, il était venu faire son éducation à Paris. Entré dans les ordres, il avait refusé l’évêché de Limoges, se vouant tout entier à la culture des lettres et bornant son ambition au bénéfice de Villeloin qui lui valait de cinq à six mille livres de rente. Il séjournait le plus souvent à Paris où il s’était attaché à la famille de Gonzague, devenant l’un des familiers de la princesse Marie, reine de Pologne. Marolles aida aux débuts de Nicolas Boileau-Despréaux et d’Antoine Furetière. Tout en se livrant à ses travaux littéraires, il avait formé à partir de 1644 une riche collection d’estampes que Colbert acheta pour le Cabinet du roi en 1667. Il en commença alors une seconde qui a été dispersée après sa mort (G.D.U. xixe s.).

Dans l’abondante production littéraire de Michel de Marolles, on trouve ses Mémoires (1656 et 1657, v. infra) et de nombreuses traductions des auteurs latins. Guy Patin en citait ici deux :

  • Les Œuvres de Virgile traduites en prose, enrichies de Figures, Tables, Remarques, Commentaires, Éloges et vie de l’Auteur : avec une explication géographique du voyage d’Énée et de l’ancienne Italie, et un Abrégé de l’Histoire divisé en trois livres ; contenant ce qui s’est passé de plus remarquable depuis l’embrasement de Troie, jusques à l’Empire d’Auguste, pour l’intelligence du poète. Au Roi… {a}

  • Les Œuvres de M. Année Lucain, Poète illustre, ou l’Histoire des guerres civiles entre César et Pompée et des principaux combats qui se passèrent en la sanglante journée de Pharsale. Mises en prose… {b}


    1. Paris, Toussaint Quinet, 1649, in‑fo de 295 pages, avec des illustrations de Chauveau, dont un portrait de Marolles.

    2. Paris, François Hubry, 1624, in‑8o de 736 pages ; Nouvelle traduction à Paris, Antoine de Sommaville, 1647, in‑8o.

Dans la Préface de son Virgile, Marolles a voulu justifier sa traduction :

« Quelques-uns ont cru que la prose française ne serait jamais capable de conserver le caractère d’une poésie divine comme est celle de Virgile, où les termes latins, qui font une si grande partie de ses grâces et de sa beauté, sont infiniment au-dessus des nôtres. Il est vrai qu’il ne m’appartient pas de défendre l’opinion contraire par l’exemple de ce que j’ai fait, qui n’est que la copie bien médiocre d’un original très accompli. Mais je pense qu’il faut avoir une meilleure opinion de notre langue, au point que la mettent tous les jours les hommes rares et savants qui l’enrichissent d’une infinité de beaux ouvrages, pour ne rien dire de l’éloquence qui persuade la piété dans les chaires et qui fleurit dans le barreau. J’estime que ceux qui auront entendu les doctes discours qui découlent comme des fleuves d’or de la bouche de M. l’archevêque de Corinthe, coadjuteur de Paris, {a} en jugeront tout autrement. […] Mais pour ce qui touche l’ouvrage que je donne au public, ceux qui n’entendent pas assez le latin, ou qui ne l’entendent point du tout, se pourront assurer, attendant qu’un autre se donne la peine de faire mieux, qu’ils y trouveront le vrai sens de l’auteur que j’ai traduit, auquel je pense n’avoir rien ajouté ni diminué. Et si en cela c’est une faute d’avoir été fort exact, je confesse qu’il ne reste point lieu d’excuse en ma faveur ; car j’ai tâché d’y observer jusques aux moindres figures et sans être barbare en notre langue, j’ai essayé d’y conserver toutes les forces du latin. Je n’ai fait que suivre où {b} la phrase a eu du rapport à notre usage ; mais quand elle lui est contraire, ce qui arrive souvent, il faut inventer et se donner quelquefois bien de la peine pour trouver des expressions équivalentes. En cela principalement, si je ne me trompe, consiste l’art de traduire les grands auteurs ; et je tiens qu’il ne leur faut rien prêter si on ne se veut mettre en hasard de les diminuer ; mais aussi ne leur faut-il rien ôter, de crainte de les anéantir tout à fait. »


  1. Gondi, futur cardinal de Retz.

  2. Quand.

Marolles a parlé des Patin en deux endroits de ses Mémoires.

  • 2e partie, page 237‑218 : {a}

    « Je dirai, sur le propos des médecins dont les conseils m’ont été si salutaires jusqu’ici, que je ne dois point oublier au rang des meilleures fortunes de ma vie les précieuses amitiés de deux célèbres docteurs de la Faculté de Paris : Guy Patin du même pays que le fameux Jean Fernel, et Jacques Mentel, {b} d’une noble famille de Château-Thierry ; l’un et l’autre admirablement versés dans la connaissance de tous les beaux livres, dont leurs nombreuses {c} bibliothèques sont composées, aussi bien que dans les secrets les plus importants de grand art dont ils font profession. Je les estime et les honore parfaitement, non tant pour les témoignages très obligeants qu’ils m’on donnés de leur bienveillance que pour leur savoir très exquis, accompagné de beaucoup de civilité. »

  • Tome troisième, pages 331‑332, {d} dans le copieux Dénombrement des personnes auxquelles Marolles a voulu rendre hommage :

    « Gui Patin, docteur et régent, professeur du roi en médecine, pour ses Animadversions manuscrites sur Plaute, {e} et pour divers mémoires et catalogues imprimés, avec des questions de médecine, et encore pour la Vie de Galien qui lui fut dédiée par le Père Labbe, jésuite, qui l’avait composée. {f}

    Robert Patin, aussi médecin, pour son Paranymphe dans les Écoles de médecine, touchant leur antiquité. {g}

    Charles Patin, son second fils, encore médecin, pour un livre de médailles antiques et pour son Antonius Augustinus, augmenté de remarques curieuses, dont l’édition est considérable. Il a fait la description de plusieurs Voyages et m’a encore donné son livre des Tourbes. {h} L’estime qu’il s’est acquise dans tous les lieux où il a été l’a établi professeur dans l’Université de Padoue. » {i}


    1. Édition de Paris, 1657, v. notule {a}, note [26], lettre 989.

    2. V. note [6], lettre 14.

    3. Riches.

    4. Réédition d’Amsterdam, sans nom, 1755, en trois tomes in‑12.

    5. Seule mention dans toute notre édition de ces remarques manuscrites de Guy Patin sur les comédies Plaute (v. note [11], lettre 6), qu’il a abondamment citées dans ses lettres.

    6. V. note [5], lettre 612.

    7. Imprimé en 1663, v. note [2], lettre 157.

    8. V. note [59] de l’Autobiographie de Charles Patin pour sa bibliographie complète. Antonius Augustinus (Antonio Augustin, 1517-1586), archevêque de Tarragone est un des auteurs dont Charles a emprunté les commentaires dans ses Familiæ Romanæ [Familles romaines] (Paris, 1663) : était-ce pour Marolles une manière de dire que Charles y avait exagérément emprunté à ce prélat numismate ?

    9. Adroite façon de taire les lamentables Déboires de Carolus.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 18 juin 1649. Note 72

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0183&cln=72

(Consulté le 04.02.2023)

Licence Creative Commons