Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (2) : sur la Manne
Note [8]

Ces sept ouvrages d’histoire sacrée sont :

  • les R.P. Cornelii Cornelii a Lapide, e Soc. Iesu, in Academia Lovaniensis Sacræ Scripturæ Professoris, in Pentateuchum Mosis Commentaria. Editio ultima, aucta et recognita [Commentaires du R.P. Cornelius Cornelius à Lapide (v. note [2], lettre 196), de la Société de Jésus, professeur d’Écriture Sainte à l’Université de Louvain, sur le Pentateuque de Moïse. Dernière édition, augmentée et revue] (Paris, Robert Fouët, 1626, in‑6o ; première édition en 1616 ; réédition à Anvers, 1671), dont la partie consacrée à la manne de l’Exode se trouve pages 434 et suivantes ;

  • le Pentateuchus Moysis, commentario illustratus… [Pentateuque de Moïse, éclairé par un commentaire…] (Anvers, Plantin, 1625, in‑fo) de Jacobus Bonfrerius (Jacques Bonfrère, Dinant 1573-Tournai 1642), s.j., disciple de Lapide ;

  • les Annales ecclesiastici Veteris Testamenti. In quibus res gestæ ab Orbe condito ad Christi Domini nativitatem, et mortem, per annnos ferè singulos digeruntur, et explicantur. Quibus connexi sunt Annales imperii Assyriorum, Babyloniorum, Persarum, Græcorum atque Romanorum… Auctore Iacobo Saliano Avenionensi, Societatis Iesu Presbytero [Annales ecclésiastiques de l’Ancien Testament, où les événements survenus depuis la création du Monde jusqu’à la naissance et la mort du Christ notre Seigneur sont classés et expliqués, presque année par année. Auxquelles sont jointes les Annales de la domination des Assyriens, des Babyloniens, des Perses, des Grecs et des Romains… Par Jacques Salian natif d’Avignon (1558-1640), prêtre de la Société de Jésus] (Paris, Nicolas Buon, 1625, 6 volumes in‑fo, pour l’une des éditions), où l’année 2544 (1509 av. J.‑C.) correspond à la fuite des Israélites d’Égypte ;

  • l’Annalium Baronii continuatio ab anno 1597 quo is desiit, ad finem 1640 [Continuation des Annales de Baronius depuis l’an 1597, où il mourut, jusqu’à la fin de 1640] (Paris, 1641, Denis de La Nouë, 3 volumes in‑fo) d’Henri de Sponde, faisant suite à son abrégé des Annales ecclesiastici de Cæsar Baronius en 12 tomes… réduites en abrégé] (Paris, 1613, v. note [21], lettre 408) ;

  • les six livres des « Météorologiques » de Libert Froidmont (Anvers, 1627, v. note [6], lettre 198), où la manne est traitée dans l’article vi, livre v, chapitre iv (pages 310‑314), avec ce constat janséniste (page 312), Figura etiam Eucharistiæ nostræ fuit, quæ vere panis Angelorum, et omne delectamentum in se continet. Non pluit amplius ; sterili hoc sæculo, apud Sacramentos nostros, cælestis hæc manna [Elle a même été le symbole de notre eucharistie ; c’est vraiment le pain des anges qui contient en lui tous les délices. En notre siècle stérile, cette manne divine ne tombe plus du ciel parmi nos prêtres] ;

  • le Sebastiani Barradas Olyssiponensis è Societate Iesu, Doctoris Theologi, et in Eborensis Academia quondam Sacrarum litterarum Professoris ; Intinerarium Filiorum Israel ex Ægypto in Terra Repromissionis. Opus varium, iucindum et utile. Prodit nuncprimum. Quatuor Indicibus insignitum : uno librorum et capitum, altero locorum sacræ Scripturæ, tertio materiarum Concionalium, nec non rerum notabilium quarto [Itinéraire des Fils d’Israël, depuis l’Égypte jusqu’en Terre promise, par Sebastião Barradas, natif de Lisbonne (1543-Coimbra 1615), de la Société de Jésus, docteur en théologie et autrefois professeur de littérature sacrée en l’Université d’Évora. Ouvrage varié, agréable et utile. Publié pour la première fois. Remarquable pour ses quatre index : le premier des livres et chapitres, le second des lieux de l’Écriture Sainte, le troisième des matières délibératives, et le quatrième des faits notables] (Anvers, Hieronymus Verdussius, 1621, in‑4o) ; les chapitres xviii, De octava mansione in deserto Sin. [Du huitième jour passé dans le désert du Sinaï], et xix, De Manna [De la Manne], du livre iii sont consacrés au chapitre 16 de l’Exode (pages 256‑272) ;

  • le tome i des Hugonis Grotii Annotata ad Vetus Testamentum [Annotations d’Hugo Grotius sur l’Ancien Testament] (Paris, 1644, v. note [11], lettre 71) contient (page 66) un bref commentaire sur le chapitre 16 de l’Exode, qui donne la même étymologie du mot manne que dans la note [9] infra.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (2) : sur la Manne. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8130&cln=8

(Consulté le 04.12.2020)

Licence Creative Commons