À Claude II Belin, le 15 octobre 1657, note 7.
Note [7]

« qui promet la même chose ; d’où la vérité de ce que Salomon a dit, qu’“ écrire des livres est un travail sans fin ” [L’Ecclésiaste, v. note [13], lettre 283]. »

V. notes :

  • [6], lettre de Charles Spon, le 15 mars 1657, pour l’Histoire de Richelieu ;

  • [6], lettre 148, pour le volume sur l’Asie que le P. Philippe Briet n’acheva jamais ;

  • [18] et [19], lettre 491, pour le De Iure naturali du P. Yves de Paris et le Gyges Gallus du P. Zacharie.

Pour les éditions en cours ou en projet de Celse (De Re medica), Guy Patin répétait ici à Claude ii Belin ce que Charles Spon lui avait écrit dans sa lettre datée du 28 août précédent (note [20]).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 15 octobre 1657, note 7.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0497&cln=7

(Consulté le 26/05/2024)

Licence Creative Commons