Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 16

Note [16]

Casserius Piacentius (que la copie latine du texte de Jean ii Riolan appelle ici Placentius) est le nom latin de l’anatomiste Giulio Cesare Casseri (1552-1616), natif de Piacenza (Plaisance), disciple de Fabrice d’Aquapendente. Casseri a notamment laissé de somptueuses Tabulæ Anatomicæ lxxiix [Soixante-dix-huit planches anatomiques] (publiées par Daniel Bucretius à Venise, Evangelista Deuchinus, 1627, in‑fo), dont la planche v, livre viii, montre :

V. supra note [9] pour la description de la valvule par Fabrice d’Aquapendente publiée en 1591. Je n’ai pas trouvé l’ouvrage dont parlait Riolan en se référant au livre de Fabrice « sur l’estomac ».

Il est impossible de donner raison à Riolan après avoir pesé tous ses arguments. Voici la séquence que je crois être la plus défendable.

Les insinuations insultantes et insistantes de Riolan étaient à mon avis parfaitement infondées, et la nomenclature a rendu justice à Bauhin en attachant son nom à celui de la valvule iléo-cæcale. Son infortune me semble être venue de sa candeur de jeune anatomiste :

Cette histoire, dont le recto, apparemment insignifiant, d’une feuille de brouillon m’a incité à avoir le fin mot, montre à quel point il convient de détacher ses œillères, de remonter aux sources, de confronter les textes et les dates, pour discerner le probable du faux. Le faire avec négligence, c’est s’exposer à des erreurs, capables de ternir une réputation, comme a fait Éloy, avec une consternante autorité :

« Bauhin était laborieux et comme il prit beaucoup de soins pour recueillir ce qu’il y avait de mieux dans les auteurs qui ont traité de l’anatomie et de la botanique, et pour rédiger chaque partie en un seul et même ouvrage, il se fit par là une réputation aussi solide que s’il eût écrit de son propre fonds. Il passa même pour habile anatomiste, quoiqu’il eût disséqué assez rarement. Mais Riolan ne le regarda pas comme tel ; il poussa la vivacité de sa censure jusqu’à le traiter d’homme vain, sans jugement et sans connaissances. Il lui reprocha encore de se parer des découvertes d’autrui, spécialement au sujet de la valvule placée entre l’ileum et le côlon. Quoiqu’en ait dit Bauhin, quoiqu’il assure d’avoir aperçu cette valvule en 1579, avant qu’aucun auteur en ait fait mention, il est certain que Varolius et beaucoup d’autres en avaient fait une description exacte longtemps avant lui ; cependant, cette valvule a retenu jusqu’aujourd’hui le nom de Bauhin. »


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 16, note 16.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8146&cln=16
(Consulté le 27.02.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.