À André Falconet, le 10 décembre 1660, note 1.
Note [1]

« des maladies des femmes sur lesquelles tant d’auteurs ont écrit ». Guy Patin citait ensuite :

  • le traité De Morbis mulierum [Les Maladies des femmes] des Opuscula aurea… de Girolamo Mercuriali ; {a}

  • Ludovici Mercati Medici a cubiculo Philippi secundi Hispaniarum Indiarumque Regis potentissimi, atque eiusdem Prothomedici, et in Vallesoletana Academia primariæ cathedræ Professoris emeriti, De Mulierum affectionibus, Libri quatuor. Quorum primus de communibus mulierum passionibus disserit. Secundus virginum et viduarum morbos tractat. Tertius, sterilium et prægnantium. Quartus, puerperarum, et nutricum accidentia ad unguem exequitur. Ad Philippum secundum Hispaniarum Indiarumque regem potentissimum,

    [Quatre livres de Ludovicus Mercatus, {b} conseiller et premier médecin de Philippe ii, tout-puissant roi des Espagnes et des indes, et professeur émérite de la première chaire en l’Université de Valladolid, sur les affections des Femmes, traitant très complètement : i. les affections communes des femmes ; ii. les maladies des vierges et des veuves ; iii. celles des femmes stériles et enceintes ; iv. les accidents frappant les femmes parturientes et allaitantes. Ouvrage dédié à Philippe ii, roi tout-puissant d’Espagne et des Indes] ; {c}

  • Roderici a Castro Lusitani, Philosophiæ ac Medicinæ Doctoris per Europam notissimi, De universa muliebrium morborum Medicina, novo et antehac a nemine tentato ordine opus absolutissimum, et Studiosis omnibus utile, Medicis vero pernecessarium.
    Pars prima Theorica. Quatuor comprehensa libris, in quibus cuncta, quæ ad mulieris naturam, anatomem, semen, menstruum, conceptum, uteri gestationem, fœtus formationem, et hominis ortum attinent, abundantissime explicantur…
    Pars secunda, sive Praxis. Quatuor contenta libris, in quibus mulierum morbi universi, tam, qui cunctis fœminis sunt communes, quam, qui virginibus, viduis, gravidis, puerperis, et lactantibus peculiares, singulari ordine traduntur, subindeque variæ sterilitatis species, earumque naturæ, causæ, signa, et curationes, distincta et accurata methodo edocentur. Additis insuper singulis fere capitibus eiusdem authoris scholiis, quibus, quæcumque circa fœmineos morbos curandos dubia, aut controversia hactenus apud medicos fuerant, brevissime deciduntur ; ab eisque non parva lux cunctis aliis morbis profligandis accessit, utpote quibus pleraque Hippocratis et Galeni dificillima loca universa fereque ars medica illustratur…

    [Médecine complète des maladies des femmes, dans un ordre nouveau que nul n’a encore tenté auparavant. Ouvrage absolument complet de Roderiquez de Castro {d}, docteur en philosophie et médecine de très grand renom par toute l’Europe, utile à tous ceux qui étudient et tout à fait nécessaire aux médecins.
    Première partie Théorique, en quatre livres qui expliquent exhaustivement tout ce qui touche à la nature de la femme, son anatomie, sa semence et sa menstruation, à la conception, à la gestation de l’utérus, à la formation du fœtus et à la naissance de l’homme…
    Seconde partie, ou Pratique, en quatre livres qui exposent, suivant une méthode claire et soigneuse, l’ensemble des maladies : tant celles qui sont communes à toutes les femmes, que celles qui sont particulières aux vierges, aux veuves, aux femmes enceintes, aux parturientes et aux allaitantes ; ensuite sont enseignées les diverses sortes de stérilité, avec leurs natures, causes, signes et traitements. À presque chacun des chapitres, l’auteur a ajouté des commentaires qui dissipent très brièvement les doutes ou les controverses dont les médecins ont débattu jusqu’à ce jour au sujet du traitement des maladies féminines ; ils jettent une lumière non négligeable sur toutes autres maladies qui sévissent, étant donné qu’ils éclaircissent maints passages très difficiles d’Hippocrate et Galien, et presque tout l’ensemble de l’art médical…] ; {e}

  • De mulierum Morbis… [Les Maladies des femmes…] de Jacques Primerose ; {f}

  • le traité De Morbis et affectibus mulierum libri tres [Trois livres sur les Maladies et affections des femmes] tiré des Opera omnia de Jean Varanda, éditées par Henri Gras. {g}


    1. Venise, 1644, v. note [8], lettre 283.

    2. Luis Mercado (Valladolid vers 1513-1599) fut aussi premier médecin du roi Philippe iii.

    3. Madrid, Tomas Junta, 1594, in‑fo de 543 pages.

    4. V. note [51], lettre 104.

    5. Cologne, sans nom, 1603, in‑fo en deux parties de 135 et 333 pages.

    6. Rotterdam, 1655, v. note [8], lettre 490.

    7. Lyon, 1658, v. note [10], lettre 485.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 10 décembre 1660, note 1.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0656&cln=1

(Consulté le 13/04/2024)

Licence Creative Commons