Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 1
Note [1]

V. note [2], lettre 427, pour l’oxycrat, dilution de vinaigre dans l’eau.

Épithème (Furetière) :

« remède topique {a} appliqué extérieurement sur la partie affligée, ou une espèce de fomentation {b} qui sert à tempérer la chaleur extraordinaire des parties nobles des deux ventres inférieurs, comme le foie, le cœur et le thorax, contre la malignité des maladies ; et on n’en applique que sur l’une ou l’autre de ces parties, à la différence des fomentations, qui se font par tout le corps. La thériaque et le mithridate, etc., sont la matière ordinaire des épithèmes liquides. Les confections d’alkermès, d’hyacinthe, {c} l’opiat de Salomon, {d} etc., sont pour les solides. On en fait aussi avec des eaux, des jus ou des poudres appropriées au foie, au cœur et au thorax, où on mêle du vin, plus ou moins selon que l’affection chaude ou froide le requiert. Les praticiens l’appellent humectation ou irrigation. Ce mot est purement grec, il vient d’épi et de tithêmi, pono, impono. » {e}


  1. V. note [2], lettre 213.

  2. V. note [9], lettre 437.

  3. V. note [9], lettre 5, pour ces quatre compositions médicamenteuses.

  4. V. note [42] de la leçon de Guy Patin sur le laudanum et l’opium.

  5. Je pose (tithêmi en grec, pono ou impono en latin) en surface (épi).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 1. Note 1

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8131&cln=1

(Consulté le 05.02.2023)

Licence Creative Commons