Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 2 manuscrit, note 12.
Note [12]

Paul Jove a loué les talents et reproduit le portrait de l’érudit littérateur et poète italien Ioannes Marius (ou Maria) Catanæus (Giovanni Maria Cattaneo) aux pages 147‑148 de ses Elogia [Éloges]. {a} C’est la principale source dont on dispose pour établir sa maigre biographie. Natif de Novare dans le Piémont, durant la seconde moitié du xve s., il fut ami de Pietro Bembo, {b} qui le dissuada néanmoins de persévérer dans la composition d’une ambitieuse épopée latine en vers sur l’histoire de Gênes. Cattaneo est mort à la fin de 1529 ou au début de 1530 :

Periit in Urbe quum abesset Clemens, Carolo Cæsarii Romani imperii insignia Bononiæ traditurus, adeo celata morte, quod ita impetrandis sacerdotiis ex mora caveretur, ut sepulcri et funeris honore caruerit, quum ab Academicis ad Vetulonias aquas secessisse crederetur.

[Il périt à Rome au moment où, à Bologne, Clément allait remettre à Charles la couronne et le sceptre impériaux. {c} Sa mort fut cachée, dans la crainte qu’on fît obstacle à la transmission de ses bénéfices ecclésiastiques ; {d} à tel point qu’on ne l’honora ni de funérailles ni de sépulture officielles ; on fit croire à ses élèves qu’il était décédé tandis qu’il prenait les eaux à Vetulonia]. {e}


  1. Édrition de Bâle, 1577, v. note [27], lettre 925.

  2. V. remarque 1, note [67] du Naudæana 1.

  3. Le pape Clément vii (Jules de Médicis, 1523-1534, v. note [50], lettre 292) a couronné Charles Quint à Bologne le 24 février 1530.

  4. Cattaneo était prêtre et ses fonctions dans la curie romaine lui avaient permis d’obtenir d’importantes rentes, que convoitait son entourage.

  5. Vetulonia est une petite ville thermale située sur les collines qui entourent Castiglione della Pescaia, port toscan de la côte Tyrrhénienne.

L’édition qui a valu le plus de renom à Cattaneo est celle des :

C. Plinii Cæcilii Secundi Novocomensis, Epistolarum Libri x. Eiusdem Panegyricus Traiano dictus. Cum Commentariis Joannis Mariæ Catanæi, viri doctissimi. Multis Epistolis cum illarum interpretatione adiectis. Adiuncti sunt alii, ad alios Cæsares, Panegyrici, ad fidem vetusti exemplaris emendati.

[Dix livres des Lettres de Pline le Jeune, natif de Côme, et son Panégyrique prononcé en l’honneur de Trajan, avec les commentaires du très docte Giovanni Maria Cattaneo. De nombreuses lettres y ont été ajoutées et expliquées ; ainsi que d’autres panégyriques d’autres empereurs, corrigés sur la foi d’un ancien manuscrit]. {a}


  1. Sans lieu [Genève], Paulus Stephanus, 1600, in‑4o en trois parties de 646, 168, et 151 pages ; première édition à Milan en 1506.

La lettre de Pline le Jeune sur les chrétiens et la réponse de Trajan (4e citation de la note [11] supra) y sont transcrites et richement annotées aux pages 630‑634. Je me conterai de citer le début du commentaire de Cattaneno :

Dicerem hanc epistolam ex albo tollendam, vel saltem indiscussam omittendam, cum tota contra Christianos loquatur : sed cum mecum reputo, posse eius lectione, et Romanorum ignorantiam, qui veram fidem tot suppliciis persequerentur, ostendi et Christianorum auream constantiam : quos Christus adversus crudelissima quæque tormenta confirmabat : videor mihi operæ precium facturus, si quod in illis damnat, obnoxium potius Secundum ostendero ; adde quod huius epistolæ plurimi Christianorum meminere.

[Je dirais volontiers que cette lettre devrait être supprimée de la collection, ou du moins publiée sans commentaire, parce qu’elle est tout entière hostile aux chrétiens ; mais à la réflexion, je pense que sa lecture peut servir à montrer et la coupable ignorance des Romains, qui ont infligé tant de supplices à la véritable foi, et l’admirable constance des chrétiens, eux que le Christ avait fortifiés contre les plus cruels de tous les tourments. Ma peine sera récompensée, me semble-t-il, si mon travail montre que ce qu’on condamnait en eux leur a moins nui qu’à Pline. En outre, la plupart des chrétiens conservent le pieux souvenir de cette lettre].

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 2 manuscrit, note 12.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8203&cln=12

(Consulté le 21/02/2024)

Licence Creative Commons