Annexe : Déboires de Carolus, note 18.
Note [18]

Ce procès-verbal a aussi été transcrit par Édouard Rahir (Saisie de livres prohibés au xviie siècle sur Guy Patin et Charles Patin, son fils, Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire…, Paris, Henri Leclerc, L. Giraud-Badin, 1924, pages 198-202).

Cette mainmise du 15 septembre 1666 n’aboutit pas à une condamnation dont j’aie su trouver la trace. Elle plaça néanmoins Charles et Guy Patin sous l’étroite surveillance du syndic des libraires parisiens, avec deux conséquences.

  • Pour Guy, ce ne furent que des tracasseries : confiscation, le 24 juillet 1667, des 50 exemplaires des Opuscula medica [Opuscules médicaux] de Caspar Hofmann (Francfort, 1667, v. note [14], lettre 150), que leur éditeur, son ami allemand Sebastian Scheffer, lui avait expédiés à son insu ; procédure contre Patin, conclue à ses dépens en février 1669 (v. notes [2], lettre latine 434, et [6], lettre latine 466).

  • Pour Charles ce fut la sentence bien plus lourde et l’exil que raconte la suite de la présente annexe.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Déboires de Carolus, note 18.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8010&cln=18

(Consulté le 24/05/2024)

Licence Creative Commons