À Hugues II de Salins, le 18 avril 1659
Note [2]

Alexandri Deodati, Consilarii, ac Medici Regis Christianissimi, Valetudinarium, seu Observationum, Curationum, et Consiliorum Medicinalium Satura.

[L’Infirmerie d’Alexandre Diodati, {a} conseiller médecin du roi très-chrétien, ou Ragoût d’observations, de traitements et de consultations médicales]. {b}


  1. Médecin protestant de Genève, Alexandre Diodati (1598-1676) était demi-frère puîné d’Élie (v. note [1], lettre 72) et cousin du pasteur Giovanni Diodati (v. note [56], lettre 223).

  2. Leyde, Johan. Elsevier, 1660, in‑12 de 402 pages.

C’est un recueil assez indigeste de recettes diagnostiques et thérapeutiques, dont ce sous-titre affiche la prétention, digne du Docteur Knock (v. note [20], lettre de Thomas Bartholin datée du 25 septembre 1662) :

Si bene rationem ponimus, non aliud quam ingens valetudinarium est hic quem Mortales incolimus Orbis, in quo multo maxima ægrorum pars non decumbit, sed sub sanorum persona ambulans, sibi juxta ac aliis speciosum fucum facit.

[Tout bien considéré, ce monde que nous, mortels, peuplons est une gigantesque infirmerie : dans leur immense majorité les malades n’y sont pas alités, mais se promènent sous l’apparence de gens sains, spécieux déguisement qui les cache tant à eux-mêmes qu’aux autres].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues II de Salins, le 18 avril 1659. Note 2

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0557&cln=2

(Consulté le 07.12.2022)

Licence Creative Commons