À Charles Spon, le 24 mai 1650
Note [27]

Une phrase supplémentaire achève ce paragraphe dans Reveillé-Parise : « N’ayez pas peur qu’on en dise autant à Rome. »

Jean i de Montluc (ou Monluc, Condom début du xvie s.-Toulouse 1579), évêque de Valence de 1553 à 1574, était le troisième frère du maréchal Blaise de Montluc (v. note [28], lettre 203).

Brantôme (v. note [3], lettre 820) a laissé de lui ce portrait (Les Vies des grands capitaines français, M. de Montluc ; Œuvres complètes de Pierre de Bourdeille seigneur de Brantôme, Paris, Vve de J. Renouard, 1864-1882, 11 volumes in‑8o, tome iv, pages 45‑46) :

« Fin, délié, trinquat, {a} rompu et corrompu, autant pour son savoir que pour sa pratique. Il avait été de sa première profession jacobin et la feu reine de Navarre, Marguerite, qui aimait les gens savants et spirituels, le connaissant tel, le défroqua et le mena avec elle à la cour, le fit connaître, le poussa, lui aida, le fit employer en plusieurs ambassades […]. On le tenait luthérien au commencement, et puis calviniste, contre sa profession épiscopale ; mais il s’y comporta modestement, par bonne mine et beau semblant. »


  1. Fourbe.

V. notes [30][36] du Borboniana 9 manuscrit pour un très riche complément d’informations sur Jean i de Montluc, qui exerça une importante influence politique et religieuse sous le règne tourmenté de Charles ix.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 24 mai 1650. Note 27

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0229&cln=27

(Consulté le 16.05.2021)

Licence Creative Commons