À Johannes Antonides Vander Linden, le 31 août 1657, note 29.
Note [29]

V. note [9], lettre 467, pour la « Vérité de la médecine hippocratique, affermie et démontrée par les plus solides forces des raisonnements et expériences de Gabriel Fontaine, fils de Jacques (v. note [46], lettre 97), docteur ès arts et médecine, agrégé au Collège des médecins de Marseille ; ou la Médecine antihermétique, où les dogmes médicaux physiologiques, etc. ».

Ce que Guy Patin appelait le « Nomenclateur » [esclave qui dans l’ancienne Rome était « chargé de nommer les citoyens à son maître à mesure des rencontres et surtout en période électorale » (Gaffiot)] de Johannes Antonides Vander Linden était la deuxième édition de ses deux livres de Scriptis medicis [des Écrits médicaux] (Amsterdam, 1651, v. note [3], lettre latine 26). Dans la troisième (Amsterdam, 1662, v. note [29], lettre 925), il a ajouté le livre de Gabriel Fontaine (page 189), ainsi que les deux autres que Patin citait ensuite (Benedetto Silvatico, page 95, et Lazare Rivière, page 438).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 31 août 1657, note 29.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1121&cln=29

(Consulté le 13/04/2024)

Licence Creative Commons