À Johannes Antonides Vander Linden, le 31 août 1657
Note [29]

V. note [9], lettre 467, pour la « Vérité de la médecine hippocratique, affermie et démontrée par les plus solides forces des raisonnements et expériences de Gabriel Fontaine, fils de Jacques (v. note [46], lettre 97), docteur ès arts et médecine, agrégé au Collège des médecins de Marseille ; ou la Médecine antihermétique, où les dogmes médicaux physiologiques, etc. ».

Ce que Guy Patin appelait le « Nomenclateur » [esclave qui dans l’ancienne Rome était « chargé de nommer les citoyens à son maître à mesure des rencontres et surtout en période électorale » (Gaffiot)] de Johannes Antonides Vander Linden était ses deux livres de Scriptis medicis [des Écrits médicaux] ; dans la 3e édition (Amsterdam, 1662), il a ajouté le livre de Gabriel Fontaine (page 189), ainsi que les deux suivants (Benédetto Silvatico, page 95, et Lazare Rivière, page 438).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 31 août 1657. Note 29

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1121&cln=29

(Consulté le 19.10.2019)

Licence Creative Commons