À Sebastian Scheffer, le 29 janvier 1665, note 3.
Note [3]

Guy Patin citait ici trois éditions que Sébastian Scheffert désirait se procurer.

  1. V. nots [3], lettre latine 322, pour les 80 discours du rhéteur Dion Chrysostome de Pruse (Paris, 1604, un volume).

  2. L’édition parisienne (chez Claude Morel, in‑8o) des œuvres de Libanios (ou Libanius) le Sophiste (ou le Rhéteur), pédagogue et orateur grec natif d’Antioche au début du ive s., a paru en deux tomes :

    • Λιβανιου σοφιστου προγυμνασματα και μελεται. Libanii Sophistæ Præludia oratoria lxxii. Declamationes xlv. et Dissertaiones morales. Fredericus Morellus regius interpres e mss. maxime Reg. Bibliothecæ nunc primum edidit : idemque Latine vertit. Adiectæ sunt notæ et variæ lectiones, cum duplici indice locupletissimo,

      [Les 77 préludes oratoires, les 45 déclamations et les dissertations morales de Libanios le Sophiste. Frédéric Morel, professeur roya, {a} les a édités pour la première fois, principalement tirés des manuscrits de la Bibliothèque royale, et les a traduits en latin. On y a ajouté des notes et divers commentaires, avec deux très riches index] ; {b}

    • Λιβανιου ρητοροσ λογων τμημα β. Libanii Sophistæ  {c} operum tomus ii. Orationes xxxvi. quæ historiæ Augustæ a Constantino Magno usque ad Theodosium M. eiusque liberos Impp. arcana hactenus ignorata, ac Iurisprudentiæ atque εγκυκλοπαιδειας αξιωματα, continent. His accedunt Monodiæ, Invectivæ, Ecphrases, novæ. Græca omnia nunc primum prodeunt, partim è Bibliotheca Regia, partim e Vaticana et Palatina, aliísque. Fred. Morellus Professorum reg. decanus recensuit, castigavit, Latine vertit, et notis illustravit…,

      [Second tome des œuvres de Libanius le Sophiste {c} : 36 discours qui contiennent les secrets jusqu’ici ignorés de l’Histoire Auguste depuis Constantin le Grand jusqu’à Théodose le Grand, ainsi que des principes de jurisprudence et d’éducation des enfants. S’y ajoutent de nouveaux monologues, invectives et descriptions. Tous ces textes grecs paraissent pour la première fois, tirés en partie de la Bibliothèque royale, en partie de la Vaticane et de la Palatine, et d’autres aussi. Frédéric Morel, doyen des professeurs royaux, les a colligés, corrigés, traduits en latin et enrichis de notes…]. {d}


      1. Frédéric Morel (v. note [6], lettre latine 355) était professeur royal d’éloquence gréco-latine.

      2. Premier tome paru en 1606.

      3. Sophistæ, « le Sophiste », et une autre épithète de Libanius le Rhéteur.

      4. Paru en 1627.

  3. V. note [4], lettre latine 322, pour les « Œuvres complètes, en grec et latin, de saint Jean Chrysostome » dans l’édition bilingue établie par le P. Fronton du Duc (v. note [4], lettre 669), parue à Paris (1633-1636) en 12 et non 11 tomes in‑fo.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 29 janvier 1665, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1370&cln=3

(Consulté le 13/06/2024)

Licence Creative Commons