Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Triades du Borboniana manuscrit
Note [32]

Triades 57‑58.

  1. « Aulu-Gelle (livre xviii, chapitre vii) donne trois significations au mot concio : 1. le lieu et la tribune d’où on prononce les discours ; 2. l’assemblée du peuple ; 3. le discours même qu’on adresse au peuple. » {a}


    1. Abrégé fidèle de ce qu’a écrit Aulu-Gelle à l’endroit indiqué de ses Nuits attiques (v. note [40], lettre 99).

  2. « On représentait jadis Mercure {a} avec trois têtes parce qu’il embrassait la physique, {b} l’éthique et la logique ; ou parce qu’on le croyait à la fois céleste, marin et terrestre. On avait coutume de figurer chacune de ces trois têtes aux bifurcations des routes, pour indiquer où menaient celle de droite et celle de gauche. » {c}


    1. V. note [7], lettre latine 255, pour Mercure (Hermès des Grecs), dieu auquel les Anciens conféraient le plus de fonctions.

    2. Telle que définie dans notre glossaire.

    3. Citation mot à mot du commentaire de Johannes Thuillius {i} sur l’emblème viii d’Alciat (2e colonne, page 53), Qua dii vocant, eundum [Il faut aller là où les dieux nous appellent] : {ii}

      In trivio mons est lapidum : supereminet illi
      Trunca Dei effigies, pectore facta tenus.
      Mercurii est igitur tumulus : suspende viator
      Serta Deo, rectum qui tibi monstret iter.
      Omnes in trivio sumus, atque hoc tramite vitæ
      Fallimu, ostendat ne Deus ipse viam
      .

      [Au carrefour, il y a un tas de pierres, avec à son sommet la statue brisée d’un dieu, dont ne reste que le torse. Il s’agit donc d’un tertre de Mercure : {iii} voyageur, attache des couronnes au dieu qui te montrera le bon chemin ! Nous sommes tous devant une bifurcation et nous nous égarons sur le chemin de la vie si Dieu {iv} ne nous montre pas la route à suivre].

      1. Padoue, 1621, v. supra notule {g}, note [28].

      2. Page 27 de l’édition française de Lyon, 1549, avec une traduction et une gravure montrant Mercure agenouillé à un carrefour de route.

      3. Hermès, v. note [8], lettre de Thomas Bartholin, datée du 18 octobre 1662.

      4. Passage d’un dieu païen, Mercure, au Dieu chrétien.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Triades du Borboniana manuscrit. Note 32

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8212&cln=32

(Consulté le 08.08.2022)

Licence Creative Commons