L. 967.  >
À André Falconet, le 26 septembre 1669

Monsieur, [a][1]

Je vous ai mandé comme j’avais rencontré sur le Pont-au-Change [2] votre M. de Belaître, [3] qui prit la peine de s’arrêter et de me saluer de votre part, et de me faire beaucoup de compliments. Après un peu de conversation nous nous en allâmes chacun de son côté ; nos chiens n’ont garde de chasser ensemble, Samaritani non coutuntur Iudæis[1][4] On dit ici que le roi [5] a mandé à M. de Navailles [6] qu’il revienne de Candie [7] et qu’il ramène ses troupes puisque les Vénitiens et le pape [8] n’y font pas leur devoir pour en chasser le Turc. [9] On dit pourtant que le pape avait envoyé pour cet effet des pardons et des bulles : [10] Quidquid Roma dabit, nugas dabit, accipit aurum[2][11] Les Turcs ne sont-ils pas de méchantes gens, et bien incrédules, de ne rien déférer à ces bulles, inventions italiennes et papalines ? On dit que le roi va faire du changement en la Grand’Chambre par le retranchement de quatre présidents au mortier qui sont fort obérés et qui ne paient point leurs dettes. MM. Le Bailleul [12] et de Novion [13] sont les deux premiers, les deux autres ne se nomment pas si haut ; pourtant je n’en crois rien et le prends pour un bruit de ville, et un son qui n’a pas d’efficace. Le maréchal de Bellefonds [14] va commander en Candie, il y mène quant et soi 1 500 hommes. Il y en a qui croient que l’accord y est fait entre les Vénitiens et les Turcs, d’autres disent que nos troupes revenaient, mais que le roi les a contremandées et qu’ils ont ordre de s’y en retourner.

Ce 23e de septembre. J’ai ce matin rencontré près de la Porte Saint-Michel [15] M. le cardinal de Bouillon [16] qui était seul dans son carrosse, [3] il est ici en grande estime d’érudition et d’intelligence. Nous avons ici des dysenteries, [17] qui ne sont pourtant pas fort cruelles, et plusieurs fièvres quartes. [18] Je pense que l’hiver sera fécond en maladies à cause des grandes chaleurs de l’été qui ont bien échauffé les corps, et à cause du vin nouveau [19] qui sera terrible, à ce que disent les bons biberons. [4] Delà viendront les inflammations de poumon, [20] les rhumatismes [21] et les gouttes, [22] sans oublier les doubles tierces [23] et les quartes.

J’ai donné congé à mes auditeurs dès le 12e de juillet [24] et ne recommencerai qu’à la fin de novembre, selon la coutume. Nous avons en notre Collège [25] deux places vacantes, l’une de philosophie, l’autre de médecine. Plusieurs les ont demandées, et ce par les plus grands du royaume. Le roi n’en a voulu conférer aucune, il veut qu’elles soient mises à la dispute. On commencera par celle de philosophie, en exécution d’un arrêt du Conseil donné sous Charles ix [26] l’an 1566, et qui pourtant n’a jamais été observé. Quoi qu’il en soit, nous obéirons au prince qui est le grand maître, qui est le patron de ces chaires royales. Il y a un an que celle-ci vaque par la mort de M. Des Auberis, [27] professeur en philosophie au Collège d’Harcourt. Celle de médecine vaque par la mort de Philippe Chartier. [28] Un des nôtres, nommé Ruffin, [29] se rendit chartreux l’an passé, [30] il a fait profession depuis quinze jours en Basse-Bretagne ; [5] et voilà comment le nombre se diminue, par mort ou autrement. Plusieurs veulent ici gager que M. de Beaufort [31] n’est pas mort : o utinam ! [6] Je vous baise les mains et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris, ce 26e de septembre 1669.


1.

« Les Samaritains n’ont pas de relations avec les Juifs » : inversion d’une phrase de l’Évangile de saint Jean (4:9), Non enim coutuntur Iudæi Samaritanis, dans la rencontre de Jésus avec la Samaritaine au puits de Jacob.

« On dit de deux ennemis, que leurs chiens ne chassent pas ensemble » (Furetière). V. note [28], lettre 428, pour François Picoté de Belaître, ancien agrégé au Collège des médecins de Lyon venu exercer à Paris, que ses collègues surnommaient Bel estron et dont Guy Patin, Charles Spon et André Falconet n’ont jamais dit que grand mal.

2.

« Quoi que Rome donne, elle donnera des bagatelles, [mais] elle prend l’or. »

Adolescentia seu Bucolica… [Poèmes de jeunesse ou Bucoliques] de Baptista Mantuanus, Ægloga quinta quæ dicitur Candidus de consuetudine divitum erga poetas colloquutores Sylvanus et Candidus [Églogue cinquième, intitulée Candide, sur la coutume des riches envers les poètes, dialogue entre Sylvain et Candide] (Opera omnia [Œuvres poétiques complètes], Bologne, 1502, v. note [13], lettre 925), fo xii vo :

Si quid Roma dabit, nugas dabit, accipit aurum,
Verba dat, heu ! Romæ nunc sola pecunia regnat
.

[Si Rome donne quelque chose, elle donnera des bagatelles ; elle prend l’or et donne des mots. Hélas ! à Rome, désormais, seul règne l’argent].

3.

La Porte Saint-Michel se trouvait à la jonction de la rue de la Harpe et de la rue des fossés de Monsieur le Prince, ce qui correspond aujourd’hui à la place Edmond Rostand, où la rue Soufflot rejoint le boulevard Saint-Michel.

4.

Biberon : « ivrogne qui boit par excès. Les Allemands sont de grands biberons » (Furetière).

5.

Comme quelques trop rares autres doyens, Jean Garbe a tenu dans le tome xv des Comment. F.M.P. deux Obitus Doctorum (Obituaires [listes mortuaires] des docteurs [régents de la Faculté de médecine de Paris]).

  • Page 329 :

    Magister Philippus Chartier in nostra Medicorum saluberrima Facultate Parisiensi doctor regens, Medicus regis ordinarius atque in Collegio Cameracensi professor Regius, medicus doctissimus, eloquentissimus, in utraque lingua Græca et Latina versatissimus (omnibus invitis et dolentibus) mortuus est die dominica 25 augusti 1669 et sepultus die martis sequente in templo sancti Andrææ, atque pro illius animæ salute missa fuit celebrata in sacello scholarum die Martis tertia septembris 1669.

    [Maître Philippe Chartier, {a} docteur régent en notre très salubre Faculté parisienne de médecine, médecin ordinaire du roi et professeur royal au Collège de Cambrai, {b} très docte et éloquent médecin, très versé dans les deux langues, grecque et latine, mourut (à la surprise et grande peine de tous) le dimanche 25 août 1669 ; il fut inhumé le mardi suivant en l’église Saint-André {c} et, pour le salut de son âme, une messe fut célébrée dans la chapelle des Écoles le mardi 3 septembre 1669].


    1. V. note [8], lettre 964.

    2. Siège du Collège de France.

    3. Saint-André-des-Arts, v. note [10], lettre 277.

  • Page 394, le second était cité sans être vraiment mort :

    Magister Antonius Rufin doctor medicus parisiensis insigni doctrina, præclaris virtutibus et eximia pietate commendabilis, ne Mundus ipsum corrumperet, sese ab ipso sponte abdicando, petiit Britaniam, ubi sancte sese Deo cumsecrans, in conventu Carthusianorum Sancti Brunonis discipulus factus est et tandem sua Religionis vota inter Carhusianos absolvit die 14 Septembris 1669 en la Chartreus d’Auray en Bretagne.

    [Maître Antoine Ruffin, {a} docteur en médecine de Paris, recommandé pour son insigne doctrine, ses vertus remarquables et son extraordinaire piété, afin ne pas se laisser corrompre par le monde, s’est volontairement résolu à démissionner ; il est parti en Bretagne pour s’y consacrer saintement à Dieu ; il s’est fait novice de saint Bruno dans le couvent des chartreux ; enfin, il a prononcé ses vœux de religion chez les chartreux le 14 septembre 1669, en la chartreuse d’Auray en Bretagne].


    1. V. note [3], lettre 942.

6.

« puisse donc Dieu vouloir que ce soit vrai ! »

a.

Bulderen, no d (tome iii, pages 326‑329) ; Reveillé-Parise, no dccxcii (tome iii, pages 706‑708).


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de André Falconet à Guy Patin, le 26 septembre 1669.
Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0967
(Consulté le 06.12.2022)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.