L. 215.  >
À André Falconet,
le 1er février 1650

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Depuis que je ne vous ai écrit, mardi 18e du passé, [1] la reine [2] a fait arrêter dans le Palais-Cardinal [3] le prince de Condé, [4] le prince de Conti [5] et M. de Longueville, [2][6] le président des comptes M. Perrault, [3][7] intendant de la Maison du prince de Condé, et trois autres officiers. On les a tous menés au Bois de Vincennes, [8] accompagnés de trois cents chevaux. Paris ne s’en est du tout point remué. [4] Au contraire, quelques-uns en ont fait des feux de joie et on dit que, comme ils nous avaient fait manger l’an passé du pain bis, [9] il fallait en échange leur faire manger du pain de son. [5] Il est à craindre qu’ils ne mangent encore là-dedans quelque chose de pis, comme pourrait être ce que Néron [10] appelle dans Suétone [11] la viande des dieux, savoir des champignons [12] de l’empereur Claude. [6][13] De ces trois princes qui sont prisonniers, M. de Longueville est fort triste et ne dit mot, M. le prince de Conti pleure et ne bouge presque du lit, M. le prince de Condé chante, jure, entend au matin la messe, lit des livres italiens ou français, dîne et joue au volant. [7][14] Depuis peu de jours, comme le prince de Conti priait quelqu’un de lui envoyer le livre de L’Imitation de Jésus-Christ [15] pour se consoler par sa lecture, le prince de Condé dit en même temps : Et moi, Monsieur, je vous prie de m’envoyer L’Imitation de M. de Beaufort, afin que je me puisse sauver d’ici comme il fit il y a tantôt deux ans[8][16] Je vous baise les mains et suis de tout mon cœur, etc.

De Paris, ce 1er de mars < sic pour février > 1650.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 1er février 1650

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0215

(Consulté le 29.03.2020)