Autres écrits
Leçons au Collège de France

Codes couleur
Citer cet écrit
Imprimer cet écrit
Imprimer cet écrit avec ses notes

 

Diverses sources complètent les renseignements que procurent les lettres de Guy Patin sur sa chaire d’anatomie, botanique et thérapeutique, et sur ses leçons du Collège de France.

Pour ma charge de professeur du roi

Sous ce titre, le ms Montaiglon du Collège de France conserve, pages 135‑136, un manuscrit de Guy Patin relatant l’obtention de sa chaire royale : [1][1][2][3]

« L’an 1654, dès le mois de mai, M. Riolan [4] me fit une proposition touchant cette charge, pour la mettre dans ma famille, par le mariage qu’il me proposait de Damlle Marie Procé, sa petite-fille, avec mon deuxième fils, qui ne pourrait être accompli qu’un an après qu’il serait docteur. [2][5][6] Je trouvai trop d’inégalité en ce marché, je n’y pus entendre [3] et lui dis seulement que s’il voulait, je traiterais pour moi de ladite charge au prix qu’il la mettait en ligne de compte pour mon deuxième fils, en son mariage : c’est-à-dire par survivance, pour la somme de 4 000 livres payables deux mois après sa mort, et que je serais en pleine jouissance paisible de ladite charge. Il en demeurera d’accord tout à l’heure, en promettant de me faire recevoir, par le crédit qu’il avait vers M. l’évêque de Coutances ; [4][7] a quo si non potuisset impetratre[5] il avait des gens qui s’offraient d’en parler au cardinal Mazarin et de l’obtenir de lui. [8] Il fit donc dresser les lettres sur du parchemin, telles que je les ai (ayant pris exemple de la résignation que M. Moreau avait faite à Monsieur son fils), [6][9][10] et après avoir signé chez M. Dupuis, notaire, [7][11] la promesse que je lui en faisais ; et lui, en ayant fait donation de ladite somme par un acte particulier à sadite petite-fille, Damlle Marie Procé, nous allâmes trouver M. l’évêque de Coutances, grand vicaire de M. le grand aumônier (savoir de M. le cardinal Antoine qui alors était à Rome). [12] Ce fut un jour de Saint-Denis, 9e d’octobre 1654, dès que ledit sieur évêque de Coutances fut de retour d’un voyage qu’il avait fait à la cour. Nous avions quant et nous deux des officiers du cardinal de Mazarin, savoir MM. de Saignon et de Fontenelles. Après que M. Riolan lui eut exposé son fait, il lui dit que cela ne se pouvait faire et qu’il n’y avait point d’exemple de cela. M. Riolan lui en allégua et lui dit plusieurs choses à mon avantage. Il dit qu’il me connaissait bien et qu’il eût voulu me servir ; et même, il me loua et flatta d’avoir été le bon ami de feu M. Naudé, [13] et me dit qu’il eût bien voulu me servir, qu’il y penserait. Il nous quitta sans conclusion, hâté, ce disait-il, d’aller à la messe. Ces deux Messieurs nous promirent de lui faire faire ; et de fait, deux jours après, il nous renvoya quérir et nous accorda notre demande, à la charge que j’enseignerais avec diligence et assiduité, ce que je lui promis de faire ; il prit nos lettres et nous promit que nous les aurions toutes signées dès le lendemain, ce qu’il fit une heure après.

Aussitôt, nous fûmes chez M. de La Vrillière, secrétaire d’État, [14] qui nous reçut fort noblement, et les ayant lues, nous les signa avec beaucoup de courtoisie et de grâce.

Dès le lendemain, nous les mîmes au sceau et quelques jours après, M. le garde des sceaux, Molé, [15] les fit expédier gratis, propter utrumque, Professorem[8] Dès que M. Riolan les eut retirées du sceau, nous fûmes trouver M. de Coutances, qui me fit prêter serment, dont j’ai l’acte, et partit en quelque petite disgrâce de la cour, pour s’en aller en son évêché. Dès le lendemain, M. Carrière, son secrétaire, m’apporta mes lettres, et lui donnai, valde repugnanti[9] six écus d’or que je lui fis prendre par force, etc.

Alors, je préparai ma harangue et dès qu’elle fut faite, je fus pour demander à M. de Coutances quand il voudrait que je la fisse, et s’il y voudrait assister. Il était alors en Normandie et s’il eût été ici, je l’eusse faite dès la fin de novembre. [10] Je crus qu’il valait mieux l’attendre, cum diceretur proxime rediturus ; [11] mais il ne revint qu’après la Chandeleur ; et comme je l’allai saluer, il me dit qu’il y voulait assister et que j’attendisse qu’il eût un peu donné ordre à ses affaires. Enfin, après plusieurs visites que je lui fis, il me donna jour, un lundi 1er de mars [12] à dix heures précises et me promit fort d’y assister, et à M. Riolan aussi ; à quoi néanmoins, il manqua, d’autant que ce jour-là le roi et le cardinal Mazarin partaient de Paris, et envoya après trois heures me dire que je ne l’attendisse plus. Tous les professeurs du roi y assistèrent, hormis trois, savoir Tarin [16] qui était aux champs, Morin et M. Gassendi qui étaient malades. [17][18] MM. les ambassadeurs des Villes hanséatiques, Penshorn et Moller, natifs de Hambourg, y étaient, [13][19][20] avec MM. Miron, Charpentier et Tonnelier, MM. Tilladet et de La Naure, [21][22][23] et tant d’autre monde que la salle en était plus que pleine. Ma harangue dura plus de deux heures et plus fort pour la diversité dont elle était étoffée.

La tapisserie de la salle, qui est fort grande, me coûta 24 livres.

Ensuite de quoi, je commençai mes leçons publiques, lesquelles j’ai continuées les jours suivants jusques au mois d’août, et ainsi les années suivantes.

Enfin, M. Riolan est mort le lundi 19e jour de février. [14] Deux mois après, j’offris de faire le paiement de 4 000 livres ; mais pour avoir mon assurance et ne pas payer deux fois, il fallut créer un tuteur à Mlle Marie Procé, laquelle était encore mineure. Enfin, après plusieurs altercations, la bonne femme, Mme Riolan, sa grand-mère, fut élue tutrice ; [24] et en cette qualité, elle toucha l’argent dont elle signa la quittance, aussi bien que M. l’abbé Riolan, son fils, [25] et M. Le Breton, son gendre, chez M. Dupuis, notaire auprès de Saint-Germain-l’Auxerrois, au coin de la rue de l’Arbre-Sec, le 16e de juillet 1657 ; lequel Dupuis m’en a donné ma quittance, que j’ai céans avec mes provisions. Pour bien faire dresser cette quittance, avec toutes les conditions et circonstances requises, je menai quant et moi un autre notaire, nommé M. de Bierne, [15][26] auquel je donnai deux écus ; et à M. Dupuis, quatre écus ; si bien que cette quittance me coûta 18 livres.

Et quelque temps après, pour la vérification de mes lettres au bureau de MM. les trésoriers de France, j’en ai délivré à M. Naudé, l’agent commis au greffe dudit bureau, 43 livres ; et ladite vérification est aussi avec ma quittance et mes provisions, elle est signée du 10e de septembre 1657 par M. de Santeol, Hachette, Doublet et Danès, qui en avait été le rapporteur au bureau le 10e de septembre, et partant 43 livres.

Le lundi 17e de septembre 1657, M. de Flavigny gagna son procès à la deuxième des Requêtes du Palais contre M. Tarin qui se voulait dire doyen des professeurs royaux au-dessus dudit de Flavigny, qui avait été reçu comme coadjuteur seulement par survivance devant M. Tarin. [27] Si cette sentence n’est cassée par arrêt de la Grand’Chambre, je suis en même droit que M. de Flavigny et suis immédiatement après M. Jean-Baptiste Moreau, et dois précéder MM. Denyau, des Auberis, de Roberval et Blondel. [28][29][30][31] Pour M. Goudouin, [16][32] il n’a été reçu que depuis la mort de M. Riolan, si bien qu’il est aujourd’hui le dernier. »

Programme

Le fonds manuscrit Montaiglon du Collège de France conserve un billet écrit par Guy Patin, où il a consigné un agenda de ses leçons au Collège, pour les années 1663-1666 (page 183) :

In annum 1663. remanent 2. et 3. sectio de simplicib. medicamentis purgantibus.
In annum 1664. Sectio 4. de simplicibus medicamentis purgantibus, quæ sunt venenatæ naturæ.
In annum 1665. Commentarii breves in libros Methodi Galeni.
In annum 1666. Particularis Methodus medendi, initio facto a morbis Capitis. Postea si Deus vitam et otium dederit, seqq. annis, de morbis Thoracis et Abdominis.
Et tamen, dum annos æternos in mente habeo, vitæ summa brevis spem nos vetat inchoare longam. Non quam diu, sed quam bene.
Fiat voluntas tua, Domine.
Die Martis, xi. Sept. 1663. Prælectionibus meis publiciis, cum Deo finem imposui. Die Martis, 9. Sept. 1664 eundem finem imposui.
Die Iovis x. Sept. 1665 docere desii : et anno 1666. 7. Augusti
.

[En l’an 1663, on s’arrête aux sections 2 et 3 des Médicaments purgatifs simples[33]
En l’an 1664, section 4 des Médicaments purgatifs simples, ceux qui sont de nature vénéneuse.
En l’an 1665, Commentaires courts sur les livres de la Méthode de Galien. [34]
En l’an 1666, Méthode particulière de remédier, en commençant par les maladies de la tête. Ensuite, si Dieu donne vie et loisir, les années suivantes, sur les maladies du thorax et de l’abdomen.
Et cependant, alors que j’ai l’éternité en tête, vitæ summa brevis spem nos vetat inchoare longam. Non quam diu, sed quam bene[17][35][36]
Que ta volonté soit faite, Seigneur.
Le 11e de septembre 1663, Dieu aidant, j’ai mis un terme à mes leçons publiques. De même le 9e de septembre 1664.
J’ai cessé d’enseigner le jeudi 10e de septembre 1665 ; et en l’an 1666, le 7e d’août].

Intermède : un billet de Jeanne Patin

Le verso du billet (page 184) est un mot de la main de son épouse, Jeanne de Janson-Patin : [37][38]

Je vous prie de me faire réponse par le porteur et si votre comodite le permet de feire ote vos livres dé dans nostre chambre afin quelle soit ung peut propre. Je n’ai rien a vous mander de se pays quai je ne sor point et ses fete de demin. Je ne sortirai point encore. Je vous donne le bonsoir, vostre petit patin en fet demesme et la norisse Le plus tos que vostre fis poura venir sesera le meleur tan des qu’il fect beau Je vous besse les meins et suis
Vostre tres affectione fame et amie
Jeanne de Janson
.

[Je vous prie de me faire réponse par le porteur et si votre commodité le permet, de faire ôter vos livres de dedans notre chambre afin qu’elle soit un peu propre. Je n’ai rien à vous mander de ce pays, sinon que je ne sors point, et ces fêtes de demain je ne sortirai point encore. Je vous donne le bonsoir. Votre petit Patin en fait de même, et la nourrice. Le plus tôt que votre fils pourra venir, ce sera le meilleur, tandis qu’il fait beau. Je vous baise les mains et suis
votre très affectueuse femme et amie,
Jeanne de Janson].

On peut supposer que Mme Patin a écrit ce billet depuis Cormeilles [39] à son mari qui devait alors être à Paris en son logis de la place du Chevalier du Guet. [40] La date n’est pas connue mais d’après le recto, semble postérieure au 7 août 1667. On comprend que Jeanne Patin est assez échauffée contre le désordre de son époux ; ce qu’elle lui ferait bien sentir en lui écrivant au dos d’une feuille qu’il avait dû laisser traîner sur sa table de leur maison des champs. Le « petit Patin » alors en nourrice devait être un des fils cadets de Robert [41] (« votre fils »). [18]

Programme (suite)

Le ms Montaiglon contient d’autres feuilles éparses sur ce sujet (pages 161, 163, 145, 141). Nous avons tenté d’y remettre un certain ordre logique, mais leurs contenus se chevauchent et reprennent (en le complétant) ce qui a été écrit plus haut pour les années 1663 à 1666 (page 183 du recueil manuscrit).

  • « 1657. [19]

    L’an 1657, que feu M. Riolan mourut, [42] je fis au mois de mars une anatomie aux Écoles de médecine, [43] à la place de M. de La Vigne, professeur en physiologie, qui alors était malade. [44]

    Et le mois d’après, je commençai mes leçons, mais je ne fis que des conférences, et ne dictai presque rien. [20]

    Ce fut la même chose l’an 1658, hormis que je dictai à mes auditeurs quelque chose de Opio, Laudano Chymistorum, et Manna quadruplici[21][45][46][47][48][49]

    Le traité de Strumis n’est point achevé, aussi n’ai-je pas commencé à le dicter. S’il faut l’achever, il faut avoir recours à la Chirurgie de Peccettius, 8o, tome. i, p. 320[22][50][51]

    L’an 1659, j’ai fait quantité de leçons et ai toujours eu grand nombre d’auditeurs, jusqu’au 16e de septembre, et ai aussi dicté in Gal. de curandi ratione per sanguis missionem, adversus Erasistratum[23] avec plusieurs conférences ; mais je n’en ferai jamais tant, puisque M. le grand aumônier ne m’a donné aucune augmentation pour 1658, combien que j’aie travaillé plus que pas un, et presque autant moi tout seul que tous ensemble.

    L’an 1660 prochain, je donnerai, Dieu aidant, un petit traité de Simplicibus medicamentis purgantibus, in quo tradam eorum historiam, naturam, facultates et doses[24][52][53] Et commencerai devant le carême afin d’achever de bonne heure. Toute l’année 1660, je n’ai fait que des conférences, d’autant que le grand hiver m’empêcha de faire des leçons. » [25]

  • « 1660. [26]

    J’ai commencé mes leçons le mardi 9e de mars, mais je n’ai rien dicté toute l’année, que j’ai finie le jeudi 9e de septembre. Le grand et long hiver m’empêcha de dicter des leçons, n’ayant de fait que le chapitre de Aloë[27][54] J’ai eu tout cet an grand nombre d’auditeurs : ils ont été jusqu’à deux cents jusques au mois de juillet. [28]

    J’avais encore beaucoup d’auditeurs lorsque je quittai ce 9e de septembre et eusse fini le mois entier ; mais je ne pus, pour une lassitude qui me tenait, de cause interne, et qui m’obligea de faire des remèdes.

    Si Deus vitam dederit[29] il faudra commencer mes leçons au mois de mars et expliquer Galien in libris Methodi[30] ou bien donner le traité de Purgantibus que j’ai commencé.

    L’an 1661, j’ai dicté la première Section de Simplicibus medicamentis purgantibus in magna Auditorum frequentia[31] J’ai poussé mes leçons jusques au 12e de septembre. L’an prochain, 1662, je donnerai la 2e et la 3e Section, si Deus voluerit. » [32]

  • « 1662[33] L’an 1662, n’étant pas encore bien refait ni fortifié de ma maladie, [55] j’ai recommencé mes leçons, mais je n’ai rien dicté et n’ai fait que des conférences à grand nombre d’auditeurs, lesquelles j’ai menées jusques au 7e de septembre.

    1663. L’an 1663, j’ai recommencé mes leçons le 13e de mars, en très grand nombre d’auditeurs, et ai fini le 9e de septembre.

    1664. Pour l’an 1664, j’ai commencé le 26e de novembre de l’an 1663 et ai continué jusques au 7e de septembre 1664.

    1665. Pour l’an 1665, j’ai recommencé le 26e de novembre de l’an 1664 et ai fini le 7e de septembre de l’an 1665.

    1666. Pour l’an 1666, j’ai recommencé le 23e de novembre 1665 et n’ai fini que le samedi 21e d’août 1666.

    1667. Plus, j’ai recommencé le 30e de novembre 1666 et ai fini l’an 1667, le » [34]

  • « Professio Regia[35]

    L’an 1663 docui in Auditorio regio ab initio Martii, usque ad xi. Septembris[36] Toute cette année je n’ai rien dicté, qu’en répondant aux questions de mes écoliers, qui ont été en grand nombre, jusques à 400, jusqu’au mois d’août. Si Deus vires et otium dederit, anno proximo, qui futurus est sexagesimus quartus supra millesimum, dabo Sectionem 2. Tractatus inchoati, de simplicibus medicamentis purgantibus ; et forsan 3. quæ est longissima, et Capita multa continebit. Postea vero si Deus voluerit, dabo quartam, quæ erit de iisdem medicamentis venenatæ naturæ ; sed illa longa non erit, et pauciorum erit Capitum.

    Anno 1665 cogitabo de illustrandis quibusdam locis selectis, ex Gal. libris Methodi medendi. Postea vero ut facilius deveniam ad illam particularem Methodum bene medendi, quam jamdudum in mente habeo, Scholiis aliquot illustrabo quædam Capita quæ sunt apud Galenum, libro 3. de locis affectis, nempe de phrenitide, de lethargo, de apoplexia, de vertigine, de epilepsia, de melancholia, de cholera morbo, de pleuritide, de morbis pulmonum, de dysenteria, de calculo, de arthritide, et aliis.

    Libri quoque Galeni, de compos. medic. secundum genera, præsertim ubi agitur de morbis internis, indigent etiam quibusdam Scholiis.

    Quod si per Dei gratiam, otium et valetudo mihi supperent, Tractatus quidam Isagogici magni Hippocr. brevibus quibusdam commentariis à me possent illustrari : quales sunt Iusjurandum, Lex, de Arte, de veteri Medicina, etc. Ut et multa Capita quæ habet Corn. Celsus, præsertim Therapeutica.

    Die Martis, 4. Martii, 1664. prælectiones meas inchoavi, in Aula regia : »

    [(…) Si Dieu m’en donne la force et le loisir, l’an prochain, qui sera la soixante-quatrième de ce siècle, je donnerai la 2e section du traité que j’ai commencé, des médicaments simples purgatifs ; et peut-être la 3e qui est la plus longue et qui contiendra de nombreux chapitres. Ensuite, si Dieu veut, je donnerai la quatrième qui traitera des mêmes médicaments de nature vénéneuse ; mais elle ne sera pas longue et aura peu de chapitres.

    « En 1665, je penserai à expliquer certains passages choisis dans les livres de la Méthode de remédier de Galien. Ensuite, pour en venir plus facilement à cette méthode particulière de bien remédier, que j’ai depuis longtemps en tête, j’enrichirai de commentaires certains chapitres qui sont dans Galien, au 3e livre des lieux affectés[37] à savoir sur la frénésie, la léthargie, l’apoplexie, le vertige, la mélancolie, le choléra morbus, la pleurésie, les maladies des poumons, la dysenterie, le calcul, la goutte, et autres[56][57][58][59][60][61][62][63][64]

    Les livres de Galien sur les médicaments composés selon les genres[38] en particulier là où il est question des maladies internes, ont aussi besoin de quelques commentaires.

    Si par la grâce de Dieu, je dispose de loisir et d’une bonne santé, je pourrais enrichir de quelques brefs commentaires certains traités introductifs du grand Hippocrate, tels que sont le Serment, la Loi, de l’Art, de l’Ancienne médecine, etc. ; [39][65][66][67] ainsi que de nombreux chapitres, principalement thérapeutiques, qui sont dans Celse[68]

    Le mardi 4e de mars 1664, j’ai commencé mes leçons en la salle royale : »] [40]

Émoluments

Depuis la mise en ligne de notre édition (mars 2015), nos correspondants nous ont très aimablement communiqué trois pièces relatives aux émoluments de la chaire que Guy Patin occupait au Collège de France. [41][69] Ses gages annuels étaient de 600 livres tournois (en 1659), assortis d’augmentations qui croissaient avec l’ancienneté dans la charge (50 livres par semestre en 1658, 250 livres pour l’année 1666).

  1. MmeCaroline Chevallier, bibliothécaire en charge des manuscrits et de la musique à la Bibliothèque universitaire d’Uppasala, nous a communiqué cette quittance autographe de Guy Patin conservée à l’Uppsala universitetsbibliotek, sous la cote Waller Ms fr-07026, provenant de la collection d’autographes du médecin suédois Erik Waller (1875-1955) :

    « Je Guy Patin, conseiller, lecteur et professeur du roi, en anatomie, botanique et pharmacie, et docteur régent en médecine de la Faculté de Paris, confesse avoir reçu de M. Perrault, conseiller du roi et receveur général de ses finances, [42][70] la somme de trois cent cinquante ℔ : savoir trois cents pour mes gages ordinaires, et cinquante pour augmentation, pour la première demi-année de l’an 1658 ; de laquelle somme je me contente, et en quitte ledit Sieur et tous autres.

    Fait à Paris, ce 16e d’octobre 1659. Guy Patin. »

  2. La Staatsbibliothek zu Berlin – Preußischer Kulturbesitz conserve le reçu du second semestre 1658 (cote Slg. Darmst. 3a 1666: Patin Guy; Blatt 1, 1 Seite ; mise au jour par M. Guy Cobolet, directeur de la BIU Santé) :

    « Je Guy Patin, conseiller, lecteur et professeur du roi, en anatomie, pharmacie et botanique, et docteur régent en médecine de la Faculté de Paris, confesse avoir reçu de M. Perrault, conseiller du roi et receveur général de ses finances, la somme de trois cent cinquante ℔ : savoir trois cents pour mes gages ordinaires, et cinquante pour augmentation, pour la seconde demi-année de l’an 1658 ; de laquelle somme je me contente, et en quitte ledit Sieur et tous autres.

    Fait à Paris, ce 21e de novembre 1659. Guy Patin. »

  3. Le Dr Anna V. Stogova, chercheuse à l’Institut d’Histoire mondiale de l’Académie russe des Sciences, nous a fait parvenir la copie d’un acte notarié que conserve la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg (fonds 993, Collection P.K. Souhetlen de pièces autographes, inventaire 2, carton 37, no 1614) :

    « En la présence des notaires soussignés, Mre Guy Patin, docteur régent en la Faculté de médecine et professeur du roi en médecine, demeurant rue et place du Chevalier du Guet, paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois, a confessé avoir reçu comptant en cette ville de Paris, de Messire Étienne Jehannot, seigneur de Bartillat, [43][71] conseiller du roi en ses Conseils et garde de son Trésor royal, la somme de deux cent cinquante livres en louis d’argent, à lui ordonnée pour ses augmentations de gages en ladite qualité pendant l’année dernière mil six cent soixante-six ; de laquelle somme de deux cent cinquante livres ledit Sieur Patin se tient pour content et en quitte ledit Sieur de Bartillat et tous autres prouvés obligés. Reçu, fait et passé ès études, de l’an mil six cent soixante-sept, le dixième jour de mai, et a signé,

    Guy Patin, […], [44] Moufle, Gigault. » [45]

S’ajoutent à ces trois précieuses contributions, deux autre pièces du ms Montaiglon.

  1. La première est une note manuscrite de Guy Patin (pages 137‑138) intitulée Pour mes gages de professeur du roi, qui est le relevé (de moins en moins détaillé) de ses émoluments pour les années 1657 à 1670

    • « Forme de quittance.
      Je Guy Patin, conseiller lecteur et professeur du roi en anatomie, botanique et pharmacie, et docteur régent en médecine de la Faculté de Paris, confesse avoir reçu de M. Claude Coquille, conseiller du roi et receveur général de ses Finances, la somme de 350 lt, savoir 300 lt pour mes gages ordinaires, et 50 lt pour augmentation, pour la première demie année de l’an 1657, de laquelle somme je me contente, et en quitte ledit Sieur et tous autres. Fait à Paris, ce 16e d’octobre 1658. »

    • « 1657. Reçu.
      J’ai reçu cette première demi-année de l’an 1657, par ordre de M. Coquille, des mains de M. Chauchat, commis de M. Longuet, le mercredi 23e d’octobre 1658. Ce même M. Chauchat a vers soi ma quittance de la seconde demi-année, pour en tirer le paiement de M. Coquille à sa première commodité ou occasion. »

    • « 1657. Reçu. Tout.
      Ce 3e d’août 1659, j’ai reçu de M. Daudoin lesdites 350 livres restant pour la dernière moitié de ladite année 1657, à l’acquit [46] dudit sieur Coquille, qui doit avoir madite quittance ; dont j’ai très grande obligation audit M. Daudoin. J’ai donné un beau livre d’une pistole à son fils aîné. » [72]

    • « 1658 de M. Perraut. Reçu. Tout.
      {Rien car cet homme est un Turc, il ne paye personne.} [47]
      Enfin, j’ai reçu, pour la 1re demi-année, 350 lt le lundi 8e de mai 1662, par les mains et la diligence de mon fils aîné. Enfin j’ai reçu la 2e demi-année, de 350 lt, par les mains et la diligence de mon fils aîné, chez M. de la Croix, par transport que m’en avait fait M. Perrault : le lundi 22e de janvier 1664. »

    • « 1659. De M. de la Croix. Reçu. Tout.
      J’ai reçu de lui, par les mains de M. Fr. Picques, des Gabelles, le lundi 7e de mars 1661, 350 lt pour la première demi-année de l’an 1659. Et le mardi 27e de mai 1664, j’ai reçu l’autre demi-année, des mains de M. Blondel, notre syndic ;  mais réduite à 280 lt par le rabais du quint, [48] sans lequel nous n’eussions rien touché : c’est la paraguante [49] que s’est fait donner un commis nommé le petit Viart, à ce que m’a dit M. Daverdoin : si nous en eussions averti M. Colbert, [73] il l’eût empêché. »

    • « 1660. De M. Coquille. Reçu le tout.
      J’ai reçu de lui, par les mains de M. François Picques, des Gabelles, le samedi 3e de décembre 1661, 350 lt pour la première demi-année de 1660. J’ai reçu l’autre demi-année le samedi 10e de février 1663, des mains de M.François Picques, des Gabelles. Servet utrumque Deus. » [50]

    • « 1661. De M. Perrault. Reçu le tout.
      J’ai reçu de lui, par les mains de mon fils aîné, le samedi 17e de février 1663, la somme de 400 lt pour la 1re demi-année de 1661.
      J’ai reçu l’autre demi-année le dimanche 30e de mars 1664, par les mains de mon fils aîné, i. 350 lt. »

    • « 1662. De M. de la Croix. Reçu le tout.
      J’ai reçu de lui, par les mains de M. Picques des Gabelles, le lundi 20e d’août 1663, la première demi-année, savoir 350 lt. Et la 2e, je l’ai reçue le 5e de mars 1665 par les mains de M. Daverdoin, 353 lt car les deux pistoles ont été pour le commis, M. Viart ; car j’avais eu cette dernière année 25 lt d’augmentation, sans que j’en eusse employé personne vers M. le grand aumônier, M. le Cardinal Antoine. »

    • « 1663. De M. Coquille. Reçu le tout.
      J’ai reçu la 1re demi-année le jeudi 21e d’août 1664, des mains de M. Picques des Aides, de 400 lt ; et l’autre demi-année d’autant, de M. Domergue, commis de M. Coquille, par M. Picques des Aides, le mardi 24e de mars 1665. »

    • « 1664. De M. de Bartillat.
      J’ai reçu l’année entière de 1664 par mon fils aîné, de M. de Bartillat, le 31e de mars, savoir 800 lt. » [51]

    • « Reçu le tout le dernier de mars 1665, 800 lt. »

    • « 1666. Reçu le tout le 10e de mai 1667 par M. Fr. Picques. 850 lt. J’ai reçu pour l’an entier, le 10e de mai, par M. de Bartillat, 850 lt. » [52]

    • 1667. J’ai reçu l’an entier le samedi 14e de juillet 1668, chez M. Picques aux Aides, par les mains de M. Gorge, son commis : 870 lt.

    • « 1668. J’ai reçu l’an entier 1668, le mercredi 6e de mars 1669, des mains de M. le Clerc, commis de M. de Bartillat ; savoir 870 lt pour l’an 1668. »

    • « 1669. J’ai reçu l’an entier de 1669 le lundi le 3e de février 1670, chez M. de Bartillat. Sit laus Deo, rege nostro et Domino Colberto[53][74] Cette année fut de 300 écus, ayant eu dix écus d’augmentation par la bonté de M. de Coutances et le soin de M. Moreau, notre syndic. »

    • « 1670 ». [54]

  2. La seconde pièce (page 339) est un imprimé non daté intitulé Mémoire pour les professeurs du Collège royal de France. Contre Maître Pierre Perrault, receveur général des Finances en la généralité de Paris :

    « Par divers arrêts du Conseil, notamment par ceux des 9 février et 6 novembre 1647, il est ordonné que les lecteurs et professeurs ordinaires du roi au Collège royal de France, établi à Paris, seront employés annuellement pour leurs entiers gages, montant à la somme de 15 600 liv. sur l’état des Finances de recette générale de Paris et seront payés desdits gages de quartier en quartier, sans aucun retardement ni retranchement, par préférence à la partie de l’Épargne, et à toutes autres assignations, et nonobstant tous états, arrêts et règlements qui pourraient être faits audit Conseil ; lesquels n’auront lieu à l’égard desdits professeurs s’ils n’y sont spécialement dénommés.

    Quoique l’avantage accordé auxdits professeurs par lesdits arrêts du 6 novembre 1647 et autres soit véritablement extraordinaire, et marque l’inclination favorable que le roi et son Conseil ont pour les Lettres, néanmoins il leur a été octroyé avec beaucoup de raison et avec grande connaissance de cause. Sa Majesté a considéré la faveur et l’utilité de la fonction desdits professeurs : elle a vu que les gages qu’elle leur donne sont fort médiocres en comparaison de ceux dont jouissent les professeurs des autres princes et républiques ; qu’ils ne tirent rien des particuliers qu’ils enseignent ; qu’ils n’ont ni leur nourriture ni leur logement dans le Collège royal, en quoi ils sont de pire condition que tous les professeurs qui enseignent dans l’Université de Paris ; et qu’ainsi, il est bien utile que ces gages, qui sont toute la récompense de leur travail, et qui leur tiennent lieu d’aliments[55] leur soient payés ponctuellement, sans qu’ils soient obligés à perdre en sollicitations continuelles et en procès le temps qu’ils doivent employer à l’étude et à leurs fonctions, et même ce peu qui leur est nécessaire pour leur subsistance.

    Ces arrêts ont été signifiés à Me P. Perrault, avec sommation de payer les gages desdits professeurs en conséquence d’iceux, par exploit du 5 février 1653 et en continuant, par autre exploit du 27 juin 1657 mis au dos dudit arrêt du 6 novembre 1647, et itératives sommations lui ont été faites de leur payer leursdits gages, les 8, 9 et 10 juin 1661. Mais il a été impossible de rien tirer de lui pour les gages de l’an 1652. Ils n’ont pu avoir les uns que la moitié, les autres qu’un quartier de leursdits gages des années 1655 et 1658, et rien du tout pour l’année 1661 ; le tout sous prétexte de manque de fonds, qui toutefois, lorsqu’il est arrivé, a été remplacé sur les états des années suivantes ; et lequel même ne peut tomber raisonnablement sur lesdits professeurs, attendu leurdit privilège.

    Que si le sieur Perrault a voulu se constituer arbitre de la préférence des assignés, et au préjudice desdits professeurs, à qui elle est donnée par lesdits arrêts du Conseil, payer d’autres personnes à qui elle n’est pas donnée ; c’est en vain qu’il a attribué à manque de fonds ce qui ne procède que de la mauvaise volonté qu’il a pour lesdits professeurs ; et attendu le divertissement des deniers destinés pour lesdits professeurs, qu’il a fait de son autorité contre les termes desdits arrêts (qui étaient les règles qu’il devait suivre pour l’ordre du paiement), il ne peut être déchargé envers eux par le paiement qu’il prétend avoir fait à d’autres, mais leur demeure toujours responsable de leursdits gages.

    Et il ne peut servir de rien audit sieur Perrault de dire qu’il est en avance de grandes sommes qu’il a payées à l’Épargne suivant les traités qu’il a faits avec Sa Majesté. Car outre qu’en faisant les diligences nécessaires, il lui restera, après son remboursement, la somme de soixante et cinq mille quatre cent-soixante-trois livres, un sol, sept deniers, comme il se justifie par l’état de son compte de ladite année 1655, qu’il a fait arrêter au Conseil le 6 décembre 1660 sans y appeler personne. Quand cela ne serait pas, lesdits professeurs (outre les raisons ci-dessus) soutiennent trois choses : 1. que ledit sieur Perrault a fait des avances au delà de la partie qui devait revenir à l’Épargne, comme il se voit par son compte ; et qu’ainsi il a traité des gages des officiers, ce qu’il n’a pu, ni dû : surtout à l’égard desdits professeurs, dont les arrêts de Préférence lui avaient été dûment signifiés. 2. Que vu ladite préférence à la partie même de l’Épargne, donnée avec juste raison auxdits professeurs, (dont le sieur Perrault ne pouvait prétendre cause d’ignorance), il n’a pu traiter de la partie de l’Épargne, qu’en y comprenant les gages desdits professeurs, et leur réservant leurs fonds ; à quoi, s’il eût allégué lesdits arrêts de préférence et leurs fondements, il n’eût trouvé aucune difficulté de la part du Conseil, vu la modicité et la faveur desdits gages, qui sont à proprement parler les aliments desdits professeurs ; puisqu’ils n’ont aucune autre sorte de profits, ni d’émoluments de leurs charges ; ce qui fait une différence notable entre eux et le reste des officiers. 3. Que ledit sieur Perrault, ayant traité avec le roi sous de grosses remises, ne peut légitimement entrer en concurrence pour ces remises ou intérêts immenses de ses traités (qu’il qualifie du nom d’avances), avec les gages des officiers, principalement de ceux qui ont un privilège aussi favorable que lesdits professeurs.

    C’est pourquoi lesdits professeurs sont à bon droit opposants au compte dudit Perrault de l’année 1655 et demandent avec beaucoup de justice qu’il soit condamné à leur payer ce qui leur reste dû de gages de ladite année, nonobstant tout ce qu’il pourrait alléguer au contraire, qui ne peut être d’aucune considération.

    Il en est de même des années 1658 et 1661, pour lesquelles ledit sieur Perrault n’a aucune raison de refuser le paiement des gages desdits professeurs, non plus que les autres receveurs généraux pour les années de leur exercice. »

Deux leçons royales de Guy Patin

Le ms BIU Santé 2007 conserve les copies manuscrites de deux leçons pharmaceutiques que Guy Patin a lues à ses auditeurs du Collège de France. Une même plume anonyme les a transcrites, sans les dater. [56] Elles sont, à ma connaissance, tout ce qui subsiste des 27 années (1655-1672) que Patin a consacrées à son enseignement royal.

Une autre écriture les a introduites en ces termes (fo 384 ro) :

Hi duo de Oppio et Manna tractatus singulares, sunt Guidonis Patini Doctoris Medici, et Regii Professoris ; qui eos scholaribus suis dictavit in Collegio Regio, ut patet ex amica allocutione qua eos ubique compellat.

Stylus etiam quo scripti sunt, prodit eos esse ejusdem Patini ; purus enim est et ab omni ambiguitate alienus, ut solebat ille dum scriberet.

In tractatu de Oppio Joann. Antonid. Wanderlinden, Medicinæ in academia Lugduno Batava Professorem citat, tanquam amicum singularem, qui ei (dum viveret) varias lucubrationes suas inscripsit.

[Ces deux traités particuliers de l’Opium et de la Manne sont de Guy Patin, docteur en médecine et professeur royal ; il les a dictés à ses écoliers dans le Collège royal, comme il ressort partout du discours aimable dont il se sert pour leur adresser la parole.

Le style dans lequel ils sont écrits prouve aussi qu’ils sont du même Patin, car il est pur et dénué de toute ambiguïté, comme il en avait l’habitude quand il écrivait.

Dans le traité sur l’Opium, Patin cite comme un particulier ami Johannes Antonides Vander Linden[75] professeur de médecine en l’Université de Leyde, qui (quand il était en vie) lui a dédié plusieurs de ses ouvrages].

La stricte conformité de ces deux textes au style de Patin et aux idées qu’il a défendues dans ses lettres est le seul gage tangible de leur authenticité. Ils sont transcrits, traduits et commentés dans les deux annexes que je leur ai consacrées :

  1. De Laudano et Opio Caput singulare [Unique chapitre sur le Laudanum et l’Opium] ;
  2. De Manna [De la Manne].


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits. Leçons au Collège de France

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8004

(Consulté le 16.10.2019)