L. reçue 23.  >
De Charles Spon,
le 10 juillet 1657

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

De Lyon, ce mardi 10e de juillet 1657.

Monsieur, [a][1][2]

Quoiqu’il ne se présente guère rien qui mérite de vous être mandé de ces quartiers, je ne lairrai pas de vous tracer quelques lignes en reconnaissance de vos deux belles et amples missives, l’une du 8e, l’autre du 19e de juin, pour lesquelles je vous rends grâces infinies, ne pouvant assez admirer tant de bontés que vous avez pour moi, tout chétif et indigne que j’en suis. Je serais bien aise de savoir de vous que vous a fait ce sieur Chesneau [3] de Marseille, [4] parce que vous m’en parlez avec quelques termes de ressentiment, < ce > qui me fait croire qu’il vous a désobligé en quelque chose. Je n’ai point grande habitude avec lui, mais il m’avait recommandé ce Suffren, [5] que je vous adressai dernièrement et qui a été quelque temps son domestique. [1] Il est vrai qu’en général, ceux de cette nation-là sont des humeurs dangereuses et matoises, aussi ne sont-ils guère en bon prédicament dans Lyon, et les marchands ne veulent leur vendre qu’à beaux deniers comptants quand ils viennent ici aux emplettes.

Je vous ai très grande obligation d’avoir daigné aller rendre visite [6] à M. Marion, [7] mon beau-frère, et de lui avoir départi vos bons avis sur son indisposition. Je souhaiterais bien qu’il vous crût et se rangeât à vivre plus réglément par ci-après qu’il n’a fait jusqu’à présent, peut-être sortirait-il encore du labyrinthe où il se voit aujourd’hui. M. Sorbière, [8] qui me vint voir céans le 16e du passé, allant en Avignon, [9] m’assura qu’il avait laissé mondit beau-frère en fort mauvais état, atrophié et en chartre. [2][10] J’en suis fort en peine, pour n’en point mentir, et plains non seulement lui, mais aussi sa famille, qu’il eût peut-être mieux fait de laisser ici que non pas de la faire transmarcher à Paris. Je ne sais si vous trouveriez bon qu’il usât des eaux de Forges [11] pendant quelques jours devant que de prendre du lait d’ânesse, [12] afin que cetui-ci trouvât les passages plus libres et se distribuât facilement, sans hésiter autour des hypocondres [13] et y former des nouvelles obstructions. Je ne doute point que cette 18e lettre du Port-Royal [14][15] dont vous me parlez ne soit excellente puisqu’elle a pour sujet l’infaillibilité [16] d’un homme mortel comme nous, qui ne doit pas être malaisée à combattre par plusieurs raisons invincibles. Je m’attends à voir cette pièce avec plaisir, dont vous m’avez fait venir l’eau à la bouche par l’approbation que vous lui donnez. Quant à l’impression des œuvres de Cardan, [17] dont vous me demandez des nouvelles, il ne s’en parle point encore et ai peine à croire qu’elle s’entreprenne de longtemps, [3] vu les fléaux qui affligent le monde et troublent le commerce : je dis la peste d’Italie, [18] les guerres d’entre les couronnes et le mépris des lettres, plus général que jamais. Mais en tout cas, si elle a à se faire, ce ne sera qu’après le retour du vénérable M. Ravaud, [19] lequel on dit être à présent en Portugal. J’ai fait récit au sieur Fourmy [20] de tout ce que vous me mandez touchant son privilège du Varandæus[21] dont il vous remercie, et m’a dit que puisque M. Béchet [22] était maintenant syndic de la librairie, duquel il avait l’honneur d’être connu assez particulièrement, il voulait lui écrire un mot pour savoir de lui s’il voulait qu’il lui envoyât l’original de son privilège pour l’enregistrer ; et que s’il lui mandait que oui, il le lui enverrait et vous enverrait aussi un exemplaire des Mémoires de Tavannes, [23] quoiqu’il n’en ait pas encore obtenu le privilège, ne doutant point que vous ne ménagiez ses intérêts, ne les faisant voir qu’à personnes non suspectes, de peur qu’on ne lui fasse pièce. [4]

Depuis avoir écrit ceci, le sieur Fourmy étant venu me voir, m’a appris qu’il vous avait envoyé il y a huit jours par le messager de Lyon l’original de son privilège et les Mémoires de Tavannes, qu’il vous prie de faire retirer et en payer le port, dont vous lui tiendrez compte, et prendrez soin de faire enregistrer sondit privilège par M. Béchet. [5]

J’ai eu lettre la semaine passée de M. Melchior Sebizius, [24] professeur de Strasbourg, qui me recommande un de ses compatriotes écolier en médecine venant de Padoue. [6][25][26] C’est un brave jeune homme qui a demeuré quelque temps à Vérone chez le sieur Petrus à Castro, [27] praticien renommé de ladite ville. [7][28] Il m’a dit que les sieurs Silvaticus, [29] Fortun. Licetus [30] et Joan. Rhodius [31] sont toujours vivants ; qu’un nommé Marquetus [32] et un autre, nommé Molinettus, [33] étaient en grande réputation dans Padoue ; [8] que la circulation du sang [34] passait en ce pays-là pour article de foi et qu’un médecin de Vérone ayant fait un livre pour la réfuter, s’était fait moquer de lui, quoiqu’en ayant fait la dédicace au duc de Mantoue ; [35] ce prince, en reconnaissance de cet honneur, l’avait anobli, lui et sa race, et honoré du titre de comte palatin. [9] Les grands en France ne sont point si généreux à récompenser les gens de lettre, les Mæcenas [36] y sont des oiseaux très rares au temps où nous sommes plus que jamais. J’ai fait réponse audit sieur Sebizius et lui ai donné avis de la mort de MM. Moreau [37] et Riolan, [38] si peut-être il ne l’a déjà sue d’ailleurs. Je pense que ce M. Sebizius est aujourd’hui le plus vieux professeur en médecine qui soit en Allemagne. Il avait un collègue aussi fort vieux qui s’appelait M. Saltzmannus, [39] mort seulement depuis peu de mois en çà[10] J’ai aussi eu lettres de Montpellier, du sieur Mazuray, [40] lequel me mande qu’il n’a pu encore faire aucun acte public pour prendre ses degrés, mais que M. Courtaud [41] lui faisait espérer que devant les vacations, [11] il ferait son acte de baccalauréat ; [42] de quoi je doute fort, ayant appris de bonne part que les professeurs de Montpellier désertent fort les Écoles, le sieur de Soliniac [43] étant encore à Paris, le sieur de Belleval [44] à Uzès, proche M. le duc d’Uzès [45] malade, [12] et le sieur Sanche [46] quelque autre part ; si bien que M. Courtaud demeure solus in præsepi equus[13] pour parler avec le docteur Zacutus. [47] Je suis bien aise de ce que le sieur Brusius [48] vous a vu et vous a remis mon paquet. Je ne vous ai pas encore renvoyé le reste de vos manuscrits de Hofmannus [49] ni votre Sennertus[14][50] parce que M. Devenet [51] m’avait fait espérer de faire quelque balle dans laquelle il les pourrait mettre, ce qui n’est pas encore arrivé. Si je ne puis rien faire de ce côté-là, hasard de le bailler au coche de Paris. J’ai aussi encore céans les deux livres que vous m’avez envoyés pour faire tenir à M. Volckamer, [52] afin qu’il les fasse aller plus loin vers M. Rolfinckius, [53] nos marchands n’ayant fait de longtemps aucune balle pour Allemagne. L’on me fait espérer que dans la foire [54] prochaine d’août, il partira quelques balles pour Nuremberg [55] dans lesquelles je prétends de les mettre et de les bien recommander, ayant au reste beaucoup de regret de ce retardement auquel je n’ai pu trouver du remède. Ce que vous me mandez de la peste [56] de Gênes n’est que trop véritable, elle y est furieuse et l’on m’a dit qu’ils manquaient de gens de service dans cette extrémité, et qu’ils demandaient à Messieurs de Marseille [57] des médecins et des chirurgiens ; ce qui met en peine jusqu’à notre ville à cause de la foire de Beaucaire [58] prochaine où l’on voulait empêcher que nos marchands n’allassent, de peur de s’infecter parmi le grand abord d’Italiens et marchandises d’Italie qui s’y amènent ; mais ceux de Marseille ayant promis d’empêcher qu’aucune marchandise de ce pays-là ne fût déchargée sur leurs côtes, l’on souffrira que ladite foire soit fréquentée à l’ordinaire par nos marchands et négociants.

À peine avais-je achevé d’écrire cette page qu’il m’a fallu sortir pour aller voir un malade qui pressait, et voilà une crie qui se faisait tout de nouveau, par laquelle il est défendu d’aller à ladite foire de Beaucaire sous grosses peines, de sorte que l’on n’y ira pas. [15]

Je voudrais bien savoir < ce > que fait le pauvre M. Musnier [59] dans cette désolation publique où il se trouve enveloppé. Je n’ai pu encore apprendre au vrai qu’était devenu à Naples le brave Marcus Severinus, [60] quelques-uns m’assurant qu’il était mort et d’autres disant le contraire. [16] Je n’ai point su encore trouver en cette ville d’autre Introductio ad medicinam que celle que l’auteur (c’est-à-dire, le sieur Jo. Daniel Horstius) [61] m’a envoyée, toute corrigée de sa main et pleine de petites apostilles pour la faire imprimer de nouveau s’il s’en trouvait occasion ; [17] dont je doute fort, nos libraires n’ayant jamais battu plus froid pour l’impression des livres qu’ils font à présent, si l’on ne promet de leur graisser la main et de foncer aux frais de l’impression. [18] Nous n’avons point encore vu ici les livres d’Italie dont vous me faites mention, à savoir : Comment. Phrygii in Hist. epidem. Pars posterior ; Consilia medica Silvatici ; Ochus de Febrib. cum paradox. ; Franciscus de Francisco de Venæ sect. abusu[19][62][63][64][65] Si par ci-après il en peut venir quelqu’un à ma connaissance, je ne manquerai à vous en donner avis. Raynaldus [66] ne s’imprime point chez M. Borde, [67] à ce qu’on m’a assuré. [20] Ledit sieur Borde a été derechef grièvement malade, mais on m’a dit qu’il y a de l’amendement depuis quelques jours en çà.

M. Gras [68] m’a prié de vous faire ses baisemains et vous dire qu’il vous envoie par le sieur Basset [69] (qui est cet aspirant à notre agrégation, lequel ayant été refusé, plaide contre notre Collège à Paris) [70] le livre du sieur Restaurand [71] qu’il vous avait promis, intitulé De Monarchia microcosmi, où vous verrez à foison des maturinades dignes d’entrer en parallèle avec celles des habitants des Petites Maisons. [21][72] Je fis il y a 15 jours un petit voyage de quatre jours à Mâcon [73] pour affaires de tutelle et à mon retour, je sus que notre doyen, le sieur Claude Pons, [74] était fort malade d’une fluxion sur la poitrine à laquelle il était sujet depuis fort longtemps, et de laquelle enfin il mourut le dernier du passé et fut enterré le lendemain à l’hôpital dont il avait été le médecin ordinaire l’espace de 22 ans. Nous avons maintenant en son lieu et place de doyen M. de Rhodes [75] et pour vice-doyen M. Gras. Dieu nous les conserve longuement !

Enfin, M. Guillemin notre collègue revint sain et sauf en cette ville, [76] le 6e du courant, de son voyage de Piémont, [77] ayant mis trois mois (moins huit jours) à ce voyage, car il était parti d’ici le 13e d’avril ; et a laissé Madame Royale en parfaite santé, [78] à ce qu’il m’a dit lui-même dans le court entretien que j’eus dernièrement avec lui en son logis où je l’étais allé complimenter comme les autres. Il me dit en passant que les médecins de Turin [79] sont d’étranges praticiens et qu’ils lui avaient fait plus de peine pour les mettre à la raison que n’avait pas fait la maladie de Son Altesse Royale ; qu’il avait été fort mal secondé par D’Aquin, [80] qui n’était pas médecin, et qui bégayait et de l’esprit, et de la langue, delirat linguaque mensque[22][81] Au reste, il paraît bien satisfait des honnêtetés reçues dans cette cour-là. Je lui ai présenté vos baisemains sur ce qu’il m’a le premier demandé de vos nouvelles. Il vous écrira sans doute amplement de toute son aventure quand il se sera un peu reposé et < aura > repris ses esprits.

Voilà bien prou d’histoires pour un coup. Je ne pensais pas, quand j’ai commencé, d’en avoir la moitié tant dans ma gibecière. Il n‘y a que d’y fouiller hardiment, il en sort toujours quelque chose, vaille qui vaille. Je vous supplie de prendre le tout en bonne part et me faire la grâce que je tienne toujours rang parmi ceux qui vous sont tout acquis, en qualité, Monsieur, de votre très humble et très obéissant serviteur.

Spon, D.M.

La date est en tête, si vous en avez faute.

J’avais oublié de vous dire que M. Sauvageon [82] vous baisait les mains et m’avait assuré qu’il n’avait point fait imprimer la Pharmacopée de Bauderon en cette ville depuis son retour. [83] M. Huguetan [84] s’est fort plaint à moi dudit sieur Sauvageon pour avoir laissé passer quantité de fautes insupportables dans le Zacutus qu’il fait réimprimer et dont il lui avait confié la correction. [23] Pour Belaître, [85] que M. Gras nommait ici Bel estron, MM. Guillemin et Garnier vous en pourront dire plus de nouvelles que moi. Merus est nebulo, omniumque ignarissimus. Vale[24]


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Charles Spon, le 10 juillet 1657

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9023

(Consulté le 20.11.2019)