Autres écrits : Une thèse cardinale de Guy Patin :
« La Sobriété » (1647), note 102.
Note [102]

Je n’ai pas su traduire ce passage autrement qu’en modifiant la ponctuation du texte latin :

fluxum hæmorrhoïdalem, quem aquæ potus imminuit ; purgatio tollit chiragram et podagram…, « boire de l’eau froide atténue le flux hémorroïdaire ; la purgation supprime la chiragre et podagre… » ;

au lieu de :

fluxum hæmorrhoïdalem, quem aquæ potus imminuit, purgatio tollit : chiragram et podagram…, « boire de l’eau froide atténue le flux hémorroïdaire que la purgation supprime ; tout comme la chiragre et podagre… »

En séparant ainsi les hémorroïdes des manifestations de la goutte (chiragre et podagre), je ne suis toutefois pas certain d’avoir parfaitement compris Guy Patin car il a employé trois fois la locution βλαστηματα των ενεοντων κακως εχοντων (blastêmata tôn énéontôn kakôs ékhontôn) pour parler soit des hémorroïdes seules, {a} soit de leur association avec la goutte et la lithiase urinaire, {b} soit des métastases cancéreuses. {c} Il a ici remplacé βλαστηματα, « rejetons », par εκγονα, « descendants », mots que le contexte rend synonymes. Faute de meilleure solution pour aboutir à une traduction intelligible, j’ai ajouté ενεοντων, « muets », en pensant qu’il l’avait sous-entendu ou involontairement omis (mais il n’a été rétabli dans aucune des rééditions de la thèse que j’ai regardées).


  1. V. note [5], lettre 700.

  2. V. note [14], lettre 644.

  3. V. note [8], lettre 831.

V. notes :

  • [12], lettre 8, pour l’hydropisie et ses traitements qui incluent la paracentèse (ponction à l’aiguille ou à la lancette des épanchements de la cavité pleurale ou péritonéale) ;

  • [60] du Traité de la Conservation de santé, chapitre ii, pour la diatribe de René Moreau (v. supra note [93]) contre les charlatans qui vantaient des médicaments capables de briser les pierres urinaires, ici baptisés lithontriptica, mot que j’ai traduit par un néologisme, « lithotritiques », en me fondant sur la lithotritie (fragmentation des calculs à l’aide d’instruments chirurgicaux ou, plus récemment, d’ondes de choc) ;

  • [2], lettre 69, pour la rhubarbe purgative, et [6] du Mémorandum 7 pour le myrobolan ;

  • [4], lettre 553, pour deux amusants vers de Martial sur les gouttes du pied et de la main (podagre et chiragre).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Une thèse cardinale de Guy Patin :
« La Sobriété » (1647), note 102.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8223&cln=102

(Consulté le 29/02/2024)

Licence Creative Commons