Annexe : Les deux Vies latines de Jean Héroard,
premier médecin de Louis xiii, note 15.
Note [15]

« Le doyen » ne pouvait être que Siméon Courtaud car, à Montpellier, ce titre n’était pas électif comme à Paris, mais attribué à vie au plus ancien des docteurs (v. note [20], lettre 17).

Courtaud donnait lui-même à son Oratio latine de 1644 contre les Parisiens (publiée à Montpellier en 1645, v. supra note [3]) le titre français d’Apologie (v. note [20], lettre 128). Néanmoins, je n’y ai vu ni le mot rufus (roux, rousseau), ni les propos de Jean Héroard contre Charles Guillemeau qui sont ici rapportés dans la Seconde Apologie, sauf à tenir pour telle l’allusion traduite dans la note [88] infra (v. sa notule {g}).

V. note [5] de Guy Patin contre les consultations charitables de Théophraste Renaudot pour la vertu romaine exemplaire de Caton l’Ancien.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Les deux Vies latines de Jean Héroard,
premier médecin de Louis xiii, note 15.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8225&cln=15

(Consulté le 16/04/2024)

Licence Creative Commons