Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Grotiana 1
Note [18]

« Parmi les écrivains de confession chrétienne, Arnobe est semblable à Varron, {a} pour son antique et occulte doctrine, tant par les matières qu’il a traitées que par les mots qu’il a employés. De ses secrets, nous ne déduisons rien qui soit banal : par essence, cela restera longtemps hors de portée. »


  1. V. notes [2], lettre 126, pour Arnobe (auteur chrétien du ive s.), et [1], lettre 14, pour Varron (auteur romain du ier s. av. J.‑C.).

Cet extrait n’a pas de relation intelligible avec le contexte du Grotiana. Il me semble n’avoir été transcrit que pour illustrer le latin barbare de Juste Lipse : il appartient au lecteur et au traducteur de combler ses audacieux raccourcis syntaxiques, au risque de le comprendre de travers.

Il s’agit de la lettre xx (livre i, pages 34‑35), adressée à Antoine i Loisel, {a} des Epistolicæ quæstiones [Recherches épistolaires] de Lipse, {b} dont la première remarque sur le texte d’Arnobe (Contre les païens, livre i, chapitre 28) nous ramène au propos prêté à Grotius :

Qui Faunos, qui statuas, civitatumque Genios, qui Pausos reverentur atque Bellonas.

Emendabam qui Faunos, qui Fatuas. Fatuam deam novimus, Fauni uxorem ; et cum statuis hic nullum litigium, sed cum deorum ridiculis nominibus.

[Les uns vénèrent les Faunus, {c} les autres des statues et les génies des cités, et d’autres encore, des Pausus et des Bellone. {d}

J’ai corrigé en qui les faunes, qui les folles : {e} nous connaissons Fatua pour être la déesse folle, épouse de Faunus ; il n’est ici nullement question de statues, mais des noms ridicules qu’on donnait aux dieux]. {f}


  1. V. note [3], lettre 91.

  2. Anvers, 1577, v. note [18], lettre 396.

  3. Faunus est le dieu de la fécondité des troupeaux et des champs, souvent confondu avec Pan.

  4. Pausus est le dieu latin de la trêve, et Bellone, la déesse de la guerre (v. note [3], lettre latine 29).

  5. Lipse a remplacé qui statuas par qui Fatuas dans sa transcription latine du texte d’Arnobe.

  6. Hécube (v. infra note [19], notule {d}) ne figure pas dans la lettre de Lipse ; mais Grotius suggérait qu’il parlait d’elle quand il citait Fatua.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Grotiana 1. Note 18

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8200&cln=18

(Consulté le 03.12.2022)

Licence Creative Commons