Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-1, note 18.
Note [18]

Le Dictionnaire de Moréri (Lyon, 1683) cite ce distique dans son article sur Joconde {a} (tome 2, page 305), en vantant ses multiples talents :

« Il savait la théologie, la philosophie, les belles-lettres et les langues, ce qui lui acquit beaucoup de réputation. Joconde fit un voyage à Rome où il fit une recherche particulière de toutes les antiquités, comme de l’architecture, de la sculpture et des inscriptions, dont il composa un livre qu’il envoya à Laurent de Médicis. {b} Il composa des observations sur les Commentaires de César, et il fut le premier qui dessina le pont que cet empereur fit faire sur le Rhin. {c} Joconde s’arrêta aussi à la cour de l’empereur Maximilien, où il enseigna les langues à Scaliger ; {d} et étant venu à Paris, il fit bâtir, l’an 1507, le pont Notre-Dame {e} et le Petit-Pont. On y voit encore, sur une table de marbre, ce distique que Sannazar fit à ce sujet :

Iucundus geminum imposuit tibi Sequana Pontem
Hunc tu iure potes dicere Pontificem
. {f}

Budé reconnaît que Joconde fut son maître dans l’architecture, et qu’il lui expliqua les livres de Vitruve, sur lesquels ce religieux fit des commentaires. {g} On dit que ce fut par son moyen qu’on trouva dans une bibliothèque de Paris la plupart des Épîtres de Pline qu’Alde Manuce imprima. » {h}


  1. Johannes Jucundus (Giovanni Giocondo, Jean Joconde), franciscain (cordelier), né à Vérone vers 1433, mourut en 1515.

  2. Sous le titre de Mundus novus [Nouveau Monde], Jucundus a traduit de l’italien en latin et publié en 1503 une lettre que le navigateur Amerigo Vespucci (Florence 1454-Séville 1512) avait envoyée à Laurent de Médicis, dit le Magnifique (1449-1492) ; mais il s’agit d’un récit de voyage et non d’un recueil d’antiquités.

  3. Il existe au moins quatre éditions (parues entre 1513 et 1543) des commentaires de Jucundus sur les œuvres de Jules César. Le futur dictateur de Rome (qui n’en fut jamais empereur) a fait construire deux ponts en bois franchissant le Rhin près de Coblence, en 56 et 53 av. J.‑C.

  4. V. notes [4], lettre 692, pour Maximilien ier, qui a régné sur l’empire germanique de 1493 à 1519, et [5], lettre 9, pour Jules-César Scaliger (né en 1484), qui servit à la cour de ce souverain.

  5. La construction des six arches en pierre du pont Notre-Dame (v. note [73], lettre 219), qui va de la rive droite de la Seine à l’île de la Cité, fut achevée en 1507. Dans son prolongement, le Petit-Pont joint l’île à la rive gauche.

  6. « Pour toi, Seine, Jucundus a édifié deux ponts !
    Tu peux à juste raison le dire pontife. »

    Littré DLF a glosé sur l’origine du mot pontife, pontifex (v. note [41], notule {c}, du Grotiana 1) : « de pons, pont, et facere, faire, parce que, dans l’ancienne Rome, les pontifes étaient chargés du pont Sublicius [premier et plus ancien pont de Rome sur le Tibre], qui était sacré. Mais cette étymologie n’est rien moins que certaine. On en a proposé quelques autres parmi lesquelles on peut relever : facere in ponte, sacrifier sur le pont ; en effet, les pontifes sacrifiaient sur le pont Sublicius et y accomplissaient certaines cérémonies. On a aussi rapporté le ponti du composé à l’osque pomtis, cinq ; cela signifierait les cinq sacrificateurs, et serait analogue à quinquevir. »

    V. note [38] du Naudæana 2 pour Sannazar (Jacopo Sannazaro).

  7. Jucundus a donné une édition latine des dix livres de Vitruve sur l’architecture (v. supra note [6]). Un exemplaire de 1523 (sans lieu ni nom, in‑8o), conservé à la BnF (Gallica), porte une annotation manuscrite attribuée à l’humaniste Guillaume Budé (v. note [6], lettre 125).

  8. Alde Manuce l’Ancien (v. note [16], lettre latine 38) a donné une des premières éditions des Lettres de Pline le Jeune (Venise, 1508).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-1, note 18.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8214&cln=18

(Consulté le 20/04/2024)

Licence Creative Commons