À Charles Spon, le 13 août 1658
Note [21]

V. notes : [3], lettre 215, pour le président Jean Perrault ; [3] et [4], lettre 190, et [16], lettre 209, pour le turbulent marquis de Jarzé.

Louis de Cossé (1625-1661) était devenu troisième duc de Brissac à la mort de son père, François, en 1651. Arrière-petit-fils du maréchal de Brissac (v. note [9], lettre 131), il avait épousé Marguerite-Françoise de Gondi (1615-1670), seconde fille de Henri, deuxième duc de Retz, cousin germain du cardinal. Avant son mariage, Marguerite-Françoise avait successivement porté les noms de Mlle de Scépeaux puis de Mlle de Retz, après le mariage de sa sœur aînée, Catherine. Les Brissac avaient été d’indéfectibles alliés du coadjuteur pendant la Fronde et après ; leurs noms sont maintes fois évoqués dans les Mémoires de Retz.

Jeanne-Olympe Hurault de l’Hospital (1604-1669), fille de Pierre Hurault de L’Hospital (v. note [21] du Borboniana 4 manuscrit), était devenue dame de Choisy (de Can) en épousant, en 1628, Jean de Choisy, parfois dit de Can (peut-être parce que son père avait été receveur général des finances à Caen), seigneur de Beaumont. Mort le 20 février 1660, il fut conseiller au Parlement en 1627, maître des requêtes en 1633, puis conseiller d’État et, en 1644, chancelier de Monsieur, Gaston d’Orléans. Jeanne-Olympe était amie de la reine de Pologne, Marie de Gonzague, et donna naissance à l’abbé de Choisy, célèbre pour ses Mémoires (Bertière a, Popoff, no 951, et Adam). Elle faisait aussi partie des alliés de Retz. Tallemant des Réaux lui a consacré une historiette (tome ii, pages 399-402).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 13 août 1658. Note 21

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0533&cln=21

(Consulté le 08.12.2021)

Licence Creative Commons